Catégorie: T’aime

Écouter Jupiter ♃

J’ai pensé à ça, j’ai pensé à Jupiter quand je l’ai vu verser des larmes de fille-gars, je veux dire, des genres de larmes de filles qui se sentent PAS ASSEZ féminines, PAS ASSEZ belles, PAS ASSEZ comme dans les films pour pleurer, des filles qui se retiennent parce qu’elles pensent qu’elles auront l’air connes avec leurs joues brûlées, des filles qui se sentent TROP dissipées, comme TROP HUGE, pour être vulnérables; des filles qui ont assumé très tôt que c’était un privilège de pleurer. C’est comme si tout ce qui sortait d’elles spontanément était TROP grossier pour être exposé parce qu’on replace jamais les affaires dans le contexte de la voie lactée, parce qu’on n’a pas appris à écouter les GÉANTES, les FOUDROYANTES, les

turbulentes_41611

qui tournent au loin dans notre système solaire, celles qui sont faites de TEMPÊTES INFERNALES, celles qu’on ne peut pas rêver de coloniser et dont même la lueur est MORTELLE. On nous a pas montré comment reconnaitre la beauté qui se cache au cœur de leur hostilité; on n’a pas appris à troquer l’appréhension pour la compassion, la fascination pour la connaissance. On n’a pas catché que tout est une question de COMPACITÉ, pis que les géantes ont simplement décidé de ne pas se contracter, de ne pas faire de leur corps un sol à piétiner pis que c’est pas parce que leurs molécules sont de faible cohésion qu’elles n’ont pas d’intégrité ni de frontières:

on n’a pas le droit de passer au travers!

Mais en écoutant les waves de Jupiter, on va peut-être apprendre à se taire et à recevoir des MERS pis des AURORES sans essayer de comparer la force de nos gravités, sans constamment mesurer nos magnétismes. On va laisser le temps brûler ce qu’il a à brûler en regardant au-delà de la surface imparfaite pis de la rondeur, je veux dire, ce qu’on veut au final, c’est connaître ce qu’il y a dans le CŒUR. Il faut voir au-delà des anneaux de poussière, pis connecter avec ce qui fait que ça

swirl_43971

comme pas possible sur les pôles.

☆☆☆

zqchm_

J’ai lu dans Le Monde ou ailleurs qu’il pleuvait en esti sur Jupiter, mais que c’était pas de l’eau, c’était des DIAMANTS! Si on apprenait à écouter les foudroyantes, si elles se sentaient en sécurité pis légitimes de pleurer, les grands cavaliers pis les parfaites mariées iraient de ce pas se rhabiller, je veux dire: l’abondance dans le CŒUR des géantes anéantirait tout ce qui entretien la grande illusion de la préciosité, cette illusion qui définit une forme pernicieuse de beauté, cette illusion qui nous détruit dès qu’on n’en fait pas partie.

Stream-tease

c1_nellyarcan_hi

Très honorée d’avoir contribué à ce bel ouvrage qui se consacre au travail de l’écrivaine Nelly Arcan avec un texte intitulé « Stream-tease full naturel ». Je t’y parle du qualificatif insidieux que représente le mot « naturel » et de la misogynie entre femmes; cette misogynie qui nous divise à la racine et dont l’écrivaine Nelly Arcan m’a permis d’expier les derniers relents.

Nelly Arcan, Trajectoires fulgurantes sous la direction d’Isabelle Boisclair, Christina Chung, Joëlle Papillon et Karine Rosso est dispo en librairie depuis le 9 mai.

d977a482-ac83-49c9-8eb2-3100ec5b02fb

☆ Horoscope Mai 2017-Sisterhood ☆

tumblr_mv26ozqPgs1sgl0ajo1_500

Une fois par mois, je m’assois et j’étudie l’alignement des planètes des prochains 30 ou 31 jours à venir pour toi. J’intuitionne, avec mes livres d’astrologie anti-rubrique de magazine pis mes antennes ultra-cosmiques, un horoscope avec des guidelines, des choses à réfléchir, des idées à approfondir pour ton signe et ton ascendant. Ce mois-ci, ça se passe sur le thème du

sisterhood_33778

On laisse s’effriter la jalousie féminine en développant des connexions avec les autres; des connexions qui passent par les étoiles pis les planètes. C’est pour ça que, ce mois-ci, tu trouveras dans ton horoscope une photographie et une citation d’une femme extra qui est née avec le même signe que toi.

~ Événements marquants ~

Le 10 mai, on aura droit à une pleine lune en scorpion et le 16 mai, c’est Mercure qui roule dans la constellation du Taureau. Le 20 mai, le soleil fera shiner les Gémeaux en chacun de nous, et ce, jusqu’à la nouvelle lune qui, elle aussi, sera en Gémeaux. Ça s’annonce beau, mais pour ça, va falloir faire comme les fleurs ce mois-ci pis apprendre à bloomer ensemble.

☆ ☆ ☆

*Le féminin est employé pour alléger le texte.

♈ Bélier

gloria-steinem-lesbian-2013

Le mois de mai t’invite à accueillir tes sentiments intenses. Ground-toi dedans, ne les fuis pas. Laisse-les motiver tes actions. Oublie le genre auquel tu supposément appartiens et agis à partir de ce qui t’anime vraiment et non de ce qui te représente socialement. Offre la possibilité aux autres qui t’entourent de faire de même. Prépare le terrain en leur montrant combien tu ne te soucies pas des présupposés. Sois la première à te mettre à danser, déconner, crier sur la place publique. Ne te laisse pas ébranler par celles qui te jugent parce qu’elles ont de la misère à bloomer. Rappelle-toi que ce n’est pas tout le monde, loin de là, qui est prêt à s’ouvrir et à s’habiter entièrement. Garde aussi ça en tête:

Any woman who chooses to behave like a full human being should be warned that the armies of the status quo will treat her as something of a dirty joke. That’s their natural and first weapon. She will need her sisterhood.

Gloria Steineim, féministe, journaliste et Bélier

Ne tombe pas dans le piège de te prendre pour le centre du monde parce que tu te libères. Tu auras besoin de support pour bloomer entièrement. Je ne parle pas d’un amoureux ou d’une amoureuse, mais bien d’une amitié qui coule dans le sang de l’humanité, d’un sisterhood plus solide que le plywood. Apprends à reconnaitre tes alliées et invite-les à « danser ».

♉ Taureau

HB/Fichner/859350 Figure:  859350_03-18 customer supplied MH  6/14/00

Le mois de mai te convie à assouplir ta pensée en même temps qu’à détendre les tensions dans ton corps. Trouve ce lieu de tous les possibles dans ta tête pis dans ton cœur et essaie d’y résider le plus souvent possible. C’est là que ça vibre. Réalise combien les autres qui t’entourent sont importants, combien ils font partie du même tissu vivant que toi. Vous êtes interdépendants. C’est comme les arbres d’une forêt qui, sous leur tapis d’épines et de branchouilles, communiquent et se supportent les uns les autres avec leurs racines. Les plus forts envoient de la sève aux plus faibles, à ceux qui manquent de lumière, c’est comme ça : personne ne survit seul. Ouvre-toi au langage silencieux de tes amies et prends conscience de leur unicité comme de la tienne. Connecte toi à cette unicité, fais-la circuler.

There is a vitality, a life force, an energy, a quickening that is translated through you into action, and because there is only one of you in all time, this expression is unique. And if you block it, it will never exist through any other medium and will be lost.

Martha Graham, danseuse et Taureau

Cesse de te définir parce que tu possèdes ou par ce que tu fais dans le monde. Lâche tout, pour une fois. Tu vas découvrir une forme d’abondance, celle de ton énergie vitale, celle des autres et, surtout, celle qui émerge de votre rencontre.

♊ Gémeaux

xxx-hnb-rachel-caqrson-18470-x-large

Ton tempérament fougueux, ta vitalité et ta joie seront à l’honneur ce mois-ci, si bien que tu pourras servir de guide pour celles qui résistent à l’émerveillement. Reconnais que, pour certaines de tes amies, il est difficile de se connecter avec l’enfant artiste qui sommeille en elles. Si toi-même, tu t’en es éloignée et te sens amorphe (énergie faible) ou rigide (énergie ne circule pas), c’est que tu es très loin de ta nature comme de LA nature. Rappelle-toi ceci et sers-t’en comme guide :

Those who contemplate the beauty of the earth find reserves of strength that will endure as long as life lasts

Rachel Carson, auteure, écologiste, militante et Gémeaux

Ouvre tes yeux, ouvre tes sens, je veux dire: c’est le printemps! Il y a des choses qui bloom au mètre carré, même en pleine ville. La nature est partout. Tout en est issu. Reconnais ses occurrences, mais surtout, et ce sera ton défi pour ce mois-ci : ressens cette nature dans ton corps, vois comme tu en fais intimement partie. Tu es douée pour reconnaître la beauté chez les autres, mais cette fois-ci, laisse voir la tienne en partageant la grandeur de ce que tes sens sont en mesure de capter. Tu verras que tu partages avec les autres le même désir d’émerveillement, aussi enfoui soit-il. Partage tes découvertes, tes interrogations intimes, tes émerveillements qui reflètent ta vitalité avec tes amies. Elles se sentiront plus près de toi et tu te sentiras plus vivante.

♋ Cancer

landscape-1432505881-hbz-frida-1943-540922799-index

Le mois de mai t’invite à cesser d’essayer d’être « quelqu’un ». Tu n’as pas à agir d’une manière précise ou à adhérer à tout ce que les gens de ton réseau véhiculent pour faire partie d’un tissu vivant et vibrant de la vie, au contraire. Prends une pause, arrête de vouloir te faire reconnaître par un certain type de personne. Tu n’as pas à « faire » quoi que ce soit pour exister. Prends le temps de sentir la vraie affaire, ce que tu es, ce qui te pousse à créer en dehors de l’amour des autres. Souviens-toi de ce que cette grande dame a dit :

The most important thing for everyone in Gringolandia is to have ambition and become ‘somebody,’ and frankly, I don’t have the least ambition to become anybody.

Frida Kahlo, artiste et Cancer

Toi aussi, troque les ambitions pour l’enthousiasme, les censeurs pour l’encouragement, la recherche de reconnaissance pour l’amour propre, la personnalité figée pour les possibles. Tu te sentiras beaucoup plus supportée dans tes projets. Plus vivante et unique, aussi. C’est en vivant dans les possibles que tu vas développer des liens avec celles qui te font réellement du bien, celles qui ne te relèguent pas dans l’ombre de leur succès. Tu vas te rendre compte que tes alliées ne sont peut-être pas issues du même background, de la même formation académique ou de la même idéologie que toi parce que, la connexion, ça n’a rien à voir avec ça.

♌ Lion

sn_ts_122210_hdr

Le mois de mai t’invite à reconnaître davantage le rôle essentiel que jouent celles qui t’entourent dans ta vie et te convie à donner sans t’attendre à recevoir en échange. Pas facile. Il va te falloir du courage parce que tes dons seront des leaps of faith. Imagine-toi qu’en donnant sans retour, tu sèmes quelque chose, que ça contribue à solidifier un réseau humain plus vaste auquel tu appartiens. Accepte le fait que tu n’as pas beaucoup de contrôle sur les gens et les événements. Souviens-toi par contre que tes actions, aussi minimes soient-elles, et que tes intentions ont un effet important même si tu ne vois pas de résultats. Pense à ce que cette célèbre aviatrice et aventurière, voyageant d’un endroit à l’autre sans grands attachements, a dit un jour :

A single act of kindess throws out roots in all directions, and the roots spring up and make new trees.

Amelia Earhart, aviatrice et Lion

Tu n’as pas besoin de contrôler les choses, d’exiger un résultat pour tes actions, pour ressentir ton pouvoir. Redéfinis pour toi-même ce qu’est le pouvoir: remplace la domination par l’encouragement, l’influence par l’accueil de la différence, le désir d’avoir raison par la passion d’apprendre, la hiérarchisation par la connexion aux autres. Encourage les autres à faire de même. Il est là, ton véritable pouvoir dans le monde.

♍ Vierge

mere_teresa_olympia_alberti_v2

Le moi de mai t’invite à prendre un moment pour accueillir les émotions intenses qui t’habitent et pour créer quelque chose à partir de celles-ci. Ce ne sera pas parfait, mais ça va te permettre d’entrer dans un espace au fond de toi, un lieu où tu peux véritablement connecter avec toi-même comme avec les autres. Tu vas découvrir une autre forme de savoir; un savoir moins cérébral, moins pratique, mais plus ouvert sur le monde. Surtout, tu vas entrer en contact avec ta nature joyeuse parce que là, il faut que tu stretches plus tes frontières pour accueillir la joie dans ta vie. Médite sur les multiples pouvoir de la joie:

Joy is prayer; joy is strength: joy is love; joy is a net of love by which you can catch souls.

Mère Térésa, missionnaire et Vierge

Pour t’ouvrir à la joie, il faut que tu sois plus indulgente avec toi-même. Essaie de t’entourer davantage de gens playful, plutôt que de gens super critiques. Les critiques te stimulent intellectuellement, c’est super, mais leur rigidité ne permet pas à ta joie de se manifester. Tu passes beaucoup de temps et tu dépenses beaucoup d’énergie à justifier tes actions, même dans ta tête. N’aie pas peur de te perdre dans de la naïveté, ton sens du discernement va toujours être là pour ne pas que tu sombres dans la médiocrité ou dans l’ignorance. Pense à la joie comme à une voie de passage, un chemin qui te permet de rejoindre un sisterhood vibrant, capable de t’accueillir au grand complet. Engage-toi dans ce passage avec confiance.

♎ Balance

07102014-hannah-arendt

Ce mois-ci, l’alignement des astres t’invite à prendre le temps de ressentir ta douleur, à explorer le besoin profond qui se cache derrière ton désir d’être admirée. Ce peut-être le besoin d’être vue, reconnue, protégée ou aimée. D’explorer à fond cette chose qui t’habite te permettra de trouver ta vraie radiance pour que tu shine from within. En faisant tomber ton masque, ton entourage ne te trouvera peut-être pas immédiatement aussi captivante, mais il est important que tu apprennes à combler tes besoins toi-même avant de chercher à exister dans le regard des autres. Recentre-toi sur la vraie affaire. Le mois de mai, c’est un bon moment pour toi pour apprivoiser ta solitude. Si ça te fait peur, médite là-dessus:

Dans la solitude, je suis « parmi moi-même », en compagnie de moi-même, et donc deux-en-un, tandis que dans la désolation, je suis en vérité un seul, abandonné de tous les autres.

Hannah Arendt, philosophe et Balance.

La solitude, ce n’est pas un désert, au contraire, c’est un état d’esprit qui t’invite à t’habiter pleinement. C’est un ground à partir duquel ton énergie se renouvelle indéfiniment et c’est là où se développe le véritable sisterhood. N’oublie pas que c’est la singularité et l’authenticité de chacune qui font la force du clan. Élimine quelques engagements qui ne te font pas vibrer et recentre-toi pour que tes projets et tes relations partent de la bonne place.

♏ Scorpion

margaret-mitchell

Le moi de mai t’accueille dans toute ton intensité pour que tu bloom encore plus. Laisse cette intensité qui t’habite te faire vibrer, te faire briller. Fais-lui de l’espace en masse. Pour ça, l’alignement des astres t’invite à être moins obstinée parce qu’en étant têtue, mine de rien, tu perds de la force. Tu la donnes aux autres plutôt que de renouveler ton énergie vitale. Au lieu de te fixer un objectif unique ou de croire qu’il n’y a qu’une seule manière de combler tes besoins, reste ouverte à toutes les possibilités. Tu seras moins frustrée lorsque les choses ne vont pas selon ta volonté. N’oublie jamais ceci:

Life’s under no obligation to give us what we expect.

Margaret Mitchell, Écrivaine et scorpion

La vie change, la vie est un mouvement perpétuel. Elle n’est pas linéaire. Aligne-toi avec elle, avec les cycles des saisons, des jours, de la lune. Ça te permettra d’accueillir plus facilement les changements de direction, les refus et les échecs, mais aussi les autres, de manière générale. Quand tu t’obstines ou tu te fixes sur une seule personne ou une seule chose, tu crées des murs, une distance. Laisse-toi de la place pour être surprise, pour être émerveillée. Ton sisterhood a besoin d’ouverture pour se tisser.

♐ Sagittaire

emily_dickinson950x320-800x450

Le mois de mai t’accueille dans ton grand besoin d’espace, de liberté, mais il t’invite aussi à t’engager davantage, moins dans tes projets que dans tes relations avec les autres. Émotivement, je veux dire. Tu as peut-être peur de te sentir coincée ou que ton rapport à la vie soit moins fluide, mais c’est quelque chose qu’il te serait bénéfique de développer. Je parle surtout de tes rapports one-on-one avec tes amies. Tu as tendance à oublier l’importance que chacune d’elles a dans ta vie en te disant, avec un esprit de lâcher-prise, que tu pourras toujours en rencontrer d’autres. Oui, c’est la vie, que les choses changent, les gens s’éloignent, mais je t’invite tout de même à méditer ceci :

Till the first friend dies, we think our ecstasy impersonal, but then discover that he was the cup from which we drank it, itself as yet unknown.

Emily Dickinson, Poète et Sagittaire

Tu as une facilité à t’inscrire dans une communauté, mais ce sont les liens singuliers qu’il te faut approfondir pour vivre un réel sisterhood. Souviens-toi que personne ne peut t’enfermer sauf toi-même. Un engagement, s’il n’est pas vu comme une fatalité, crée une autre forme de liberté. Ça s’appelle être libre avec les autres et c’est vraiment extra.

♑ Capricorne

p01h2m3h

Le moi de mai célèbre ta douceur, mais il t’invite à explorer davantage ton intensité. Pour ça, il faut que tu lâches un peu la discipline. Les autres te perçoivent souvent comme une force immuable, une personne intouchable, ce qui t’empêche de connecter à tes amies à un niveau plus approfondi. Tes amies ne sont pas là simplement pour regarder le spectacle de ta vie et vice-versa. Il faut cesser de vous camper chacune dans votre bulle à vous raconter vos vies distinctes. Vois tes amies plutôt comme les cocréatrices d’une vie commune. Pense à un projet qui permettrait de mettre cette cocréation en valeur. Quelque chose qui te permette aussi d’aller dans l’intensité. Il faut que tu sortes de ton cocon! N’oublie jamais ceci:

L’abandon de projets communs est une offense à l’amitié.

Simone de Beauvoir, féministe, écrivaine et capricorne

Je te suggère de faire des choses avec les gens, pour de vrai, je veux dire, pas derrière ton écran d’ordinateur. C’est par la création commune que tu vas mieux comprendre l’importance de ton sisterhood et le sentiment de vacuité qui vient avec tes réussites personnelles. En laissant libre cours à ta vulnérabilité au sein de tes projets avec les autres, ça ouvre un espace pour que s’enracine un solide sisterhood en toi et tout autour.

♒ Verseau

images-1483856142883-1483856067938-angela-davis

Le mois de mai accueille ton indépendance, ton inventivité, et ton dévouement social, mais il te convie aussi à une plus grande ouverture envers les divergences d’opinion et à plus de connexion avec tes proches. Pour ça, il te faut comprendre que tu ne peux pas les transformer en “toi” ou les changer radicalement. De toute manière, l’accueil inconditionnel est la seule manière de déclencher un véritable changement chez les autres, comme en toi. Si tu veux changer les choses, enracine-toi dans un sol meuble, accueillant et nourrissant. Deviens ensuite ce sol pour les autres. Lorsqu’ils se sentent bien accueillis, les arbres déploient leur couronne et modifient la trajectoire de leurs branches pour mieux rejoindre la lumière. Chacun s’adapte à la position de l’autre et c’est ainsi qu’on constate, quelques années plus tard, que la forêt a changé.

We have to talk about liberating minds as well as liberating society.

Angela Davis, militante, philosophe et Verseau

Tu as tendance à croire que tu es la seule à vivre autant d’insatisfactions, alors tu te rassures en te disant que tu es spéciale. Tu te dis que tu es plus critique et plus consciente que les autres. C’est dur de lâcher le « spécial », mais il masque ta douleur, ton réel désir de te connecter aux autres. Lâche-le! Tu n’es pas spéciale. Personne ne l’est. Mais comme les autres, tu es précieuse. Offre-toi la joie de te fondre dans un sisterhood.

♓ Poisson

maxresdefault

Le mois de mai accueille ton côté intuitif et ton ouverture, mais il t’invite aussi à montrer ta force. Beaucoup de gens comptent sur toi et te perçoivent comme une amie toute spéciale, parce que très attentive et sensible. Tu es celle qui comprend, qui ne joue pas la game, qui est humble. Pour les mêmes raisons, ceux et celles qui comptent sur toi te perçoivent souvent comme quelqu’un de faible. Tu es pourtant très forte, mais tu ne mets pas en valeur cette force. Ce mois-ci, reconnais que ton authenticité est une force même si elle n’est pas valorisée socialement : montre là! Essaie de te lier à des gens qui ont le même genre de force que toi, un sisterhood de femmes qui offrent de l’espace aux autres pour se déposer par le simple fait d’être elles-mêmes. Cesse de te sentir petite, transmets ton savoir en te célébrant. Répète-toi ceci comme un mantra, ça te va bien:

I will be the gladdest thing under the sun! I will touch a hundred flowers and not pick one.

Edna St. Vincent Millay, poète et poisson.

Tu as compris ce qu’était le véritable pouvoir, c’est-à-dire de toucher sans prendre. Maintenant, il faut que tu te connectes avec la wildness dans tout ça. N’aie pas peur de ne pas être douce, laisse ta wildness te guider et te lier à d’autres qui l’ont aussi trouvée. Ensemble, honorez-vous.

☆ ☆ ☆

blog92

Bon mois de mai, sisters!

stream of consciousness #1 Énorme

T’es tellement gracieux, je me sens énorme. Pas énorme dans le sens de grosse, ni dans le sens de spectaculaire. Je suis énorme de malaises, énorme d’un glitch entre ma vie intérieure et le mouvement de mon corps dans le monde. J’agis beaucoup, mais comme tu sais, le plus dur, c’est de ne rien faire, de ne pas résister au flux qui, de toute manière, continue. Le plus dur c’est de ne rien faire sans s’amortir. Et de prendre le temps de ressentir.

Vingt minutes pour méditer. Vingt minutes pour courir. Vingt minutes pour lire. Je mesure le temps parce que c’est comme ça que je me donne de l’espace pour être patiente. J’ai toujours su retarder au maximum la récompense, mais là, tu me fais réaliser que je n’ai jamais appris à ne pas l’espérer. Parce qu’être patiente, c’est toujours attendre quelque chose. Je ne veux être ni patiente, ni impatiente. Je veux accueillir comme dans rencontrer intentionnellement et honnêtement les gens, les choses, les situations.  Accueillir sans ressentir l’exigence féminine d’être avenante ou plaisante.

Pour tout dire, ces jours-ci, je suis un peu dégoûtée par les débats sur la science et la pseudoscience. Les deux comportent des représentations du monde qui m’animent, qui font appel à mon imagination. J’aimerais voir les gens tout accueillir, mais aussi tout analyser comme des fictions. La véritable guérison, pour moi, c’est le fait de vivre en adéquation complète avec la représentation du monde qui nous habite, dans le fin fond du fond des tripes. Pour cela, il faut bien qu’elle soit un peu accueillie.

Et je sais bien aussi que j’ai eu l’air ridicule de faire une ode (humoristique, han) à l’homéopathie l’autre jour sur ce blogue, mais c’est qu’elle me fascine, cette « discipline ». Son histoire, ses chercheurs marginaux et acharnés, dont l’un d’entre eux a par ailleurs été nobélisé, qui affirment que l’eau à une mémoire, que ses effets sont vibratoires. Je n’ai pas de données probantes, mais je n’ai qu’à m’assoir près d’un océan, à tuner les 65% d’eau qui me constituent avec les ondulations des vagues pour entendre les bruits des temps les plus reculés.

Je sais que toi, tu m’écouterais te raconter tout ça : tu ne serais pas sur la défensive, tu ne me ridiculiserais certainement pas. Ta rigueur, elle est ailleurs. Dans la conscience, et dans le corps. Je t’admire de vivre selon ce que tu ressens avec le principe de ne pas nuire aux autres, de rester dans l’amour. Cette posture suscite tellement le mépris aujourd’hui. On accuse les gens comme toi de se conforter, de s’illusionner. Pourtant, c’est vraiment un défi, ce que tu fais. Je n’ai jamais rencontré un homme, ni une femme d’ailleurs, avec une aussi grande capacité d’accueil que toi. En plus, t’es féministe, je veux dire, ça va de soi : t’es empathique.

En même temps, je te regarde et j’ai peur des raccourcis intellectuels. C’est pour ça que je lis tout le temps. J’étudie sans arrêt. Je remets tout en question. Je n’accepte pas la médiocrité, ni la suffisance. Mais je sais que cette médiocrité n’est pas moindre à l’université ou dans la communauté scientifique. Il y a longtemps que je ne vis plus dans cette naïveté. La médiocrité n’est pas une question d’intelligence, de classe sociale, d’éducation, de genre, c’est une question de niveau d’empathie.

J’ai aussi peur de la rigidité. Ce que tu appelles « intégrité ». Je trouvais ça étrange que l’une puisse ressembler à l’autre. Plus j’y pense, plus j’y vois du sens. L’intégrité, c’est quelque chose d’intact, d’inaltéré, d’absolu. Je me demande comment l’on peut être intègre sans être rigide. Comment l’on peut vivre son intégrité tout en demeurant souple, ouvert d’esprit, en restant conscient de la malléabilité de l’identité.

Je me dis qu’être intègre, au fond, c’est surtout reconnaître que notre rapport au monde passe par une représentation, une construction. En ce sens, je trouve que certaines personnes, et ce sont souvent celles qui parlent le plus fort, manquent franchement d’intégrité, et par conséquent, de créativité. Ça les rend vraiment petites. C’est dommage.

C’est comme les jalousies féminines. Je les ressens souvent. Ça nous rend tellement petites et tellement énormes en même temps. Quand ça arrive, je me tiens droite, j’ouvre mon cœur, je souris chaleureusement à mes collègues femmes. Je me prends pour un calinours dans l’espoir de désamorcer une dynamique qui m’habite aussi. Je ne veux pas juste quitter le ring pour me faire croire que « moi, j’embarque pas là-dedans ».  Je reste. Je veux guérir. Il me semble que c’est ce que tu ferais toi aussi.

Sinon, je me colle aux quelques gars, façon de parler. Ça se passe surtout dans ma tête. Ils m’apaisent parce qu’ils ne sont pas dans le ring; ils ne le voient même pas. En même temps, je les perçois plutôt perturbés. On dirait que le chemin pour se rendre à leurs émotions, c’est comme un labyrinthe. C’est leur ring à eux. Je sais que tu es passé par là et que c’est comme ça que tu es devenu gracieux. J’essaie de leur faire sentir que je comprends, qu’ils peuvent me faire confiance, qu’ils ne sont pas énormes pour autant.

Apprivoiser la douve

On devrait faire comme Abramovic et Ulay, on devrait marcher peut-être pas le mur de Chine, mais genre la Appalachian trail ou la Pacific Crest trail avec pas de tente et en commençant chacun d’un bord de la trail pour braver un peu la wildness avant de se dire Adieu dans le milieu parce que là, c’est tellement immense que j’ai l’impression qu’on se regarde chacun d’un côté du Grand Canyon ou d’une autre crevasse terrestre béante qui donne le vertige et que, malgré tout, on essaie de se tenir la main, de s’entraider, de se consoler tout en luttant pour ne pas tomber, pour ne pas sombrer ensemble dans le tumulte d’une rivière qui se crisse ben de nos petites misères quotidiennes, de nos cœurs brisés, de nos os qui ont pris l’humidité, je veux dire : on a touché le fond.

Tu penses que je réfléchis tout longuement, mais cette fois-ci, je t’ai simplement transmis le message de mes viscères qui m’ont confirmé la semaine dernière qu’il n’y aurait plus de pont, qu’il faudra désormais apprivoiser la douve entre nous, puis dans nos estomacs, sans se faire la guerre, sans monter aux barricades parce que c’est la seule manière d’enfin vivre ma vérité et de ne plus jamais au grand jamais faire partie de la grande mascarade qui se prend pour l’humanité. Je me suis groundée dans mon corps, pis on dirait que tout a pris le bord, mais le plus fou dans tout ça c’est que tu comprends; tu comprends que quand on s’est rencontrés, il y a douze ans dans un party à peine arrosé, j’étais vraiment loin d’habiter mon corps, ce corps que j’ai lentement réanimé au fil des années, pendant que toi, tu t’es complètement oublié en me demandant de t’aimer.

Tu veux que je reste encore « un peu » et j’essaie de ne pas entendre « toujours » pour qu’on puisse apprendre, ensemble, à ne plus vivre l’un à travers l’autre comme on le faisait quand on s’entretuait. Tous mes espoirs sont réunis autour de la petite chambre qu’on est en train d’improviser dans le salon qui envahira à son tour la salle à manger; une petite chambre où je pourrai fermer la porte et m’envelopper dans ma couverture fair trade de yoga avec une bougie, un cahier pour écrire, mes guits, mes livres et mon amour propre. On s’est dit : peut-être que les enfants trouveront ça un peu amusant malgré tout de nous visiter dans nos petits espaces respectifs le samedi matin, de nous réveiller tout à tour pendant que, dans le reste de l’appart, les meubles s’entassent pour donner un peu plus de chaleur aux pièces communes où nous nous sommes promis de cohabiter en s’accueillant l’un l’autre au grand complet pour une fois.

Echinacea purpurea

Puisque tu navigues dans le monde comme dans un livre de Gombrowicz, j’ai cherché la signification de la fleur que tu m’as donnée en m’attirant dans le guêpier. J’ai cherché ton message. Pis comme par hasard, hier, dans le cours, le prof nous a parlé de l’échinacée pourpre. Je connaissais ses vertus guérisseuses, mais pas son pouvoir de ralentir la croissance des plantes qui l’entourent. Pour se protéger. Pour ne pas se laisser envahir. Pour pouvoir bloomer! Pour s’enraciner comme du monde. Des frontières invisibles, mais nécessaires pour grandir. Pour guérir les autres ensuite.

Je sais pas trop si c’est ça que tu voulais me dire, mais je te le dis tout de suite : je peux pas bloomer! Pas maintenant! J’ai des affaires à régler, je veux dire : faut que mon père meure, faut que ma sœur sorte de son internement, faut que mon fils s’épanouisse à l’école, faut que ma fille arrête de vouloir devenir une princesse pis faut que celui avec qui je vis apprenne à s’aimer.

Je me laisse envahir, tu vas me dire dans tes silences, tes maudits silences qui me parlent tout le temps, mais c’est pour ne pas ressentir l’abandon. J’en mourrais, je veux dire, je suis pas mal sûr que je pourrais mourir d’un sentiment d’abandon. En fait, je suis certaine parce que j’ai eu un sale glimpse l’autre fois pis ça ressemblait franchement à un trou noir ou pire encore, mais peut-être pas, en tout cas me semble que je survivrais pas, me semble que c’est pas possible de ressentir ça sans mourir, sans ressusciter dans un monde fait uniquement d’abandons partout, partout. Pis c’est pas comme si t’étais un safety net.

Tu m’as dit que j’allais trouver des solutions, que ça pouvait aller très vite, en insistant sur le « très vite ». T’avais l’air convaincu. Coudonc, le savais-tu que ça imploserait, ça exploserait, que je me demanderais « c’est-tu ça le bonheur? » la face en pleurs? Parce que toi tu fais la chasse aux volcans, tu cherches des affaires qui jaillissent de la terre, mais moi je cours après la mer, pis j’ai besoin d’air, de beaucoup d’air. Mon feu. Ton eau. Mon ground. Ton éther. Mais tu t’en crisses ben, ça fait que whatever.

What a fucker. (thx).

Pattie

❤ & 💪

Le sarcasme, ça tue l’âme, ça tue  l’AMOUR, je veux dire ça tue TOUTE ok? Arrête donc, là.  En plus, ça a pas l’air d’être ben bon pour le teint, t’as même plus de COULEURS dans la face. Sois donc COUNTRY, mais pour de vrai, pas juste pour avoir l’air de ça parce que c’est don’ cool pis rugged pis toute, je veux dire fais-toi des BICEPS pour de vrai en bêchant le sol avec la fourche pis invente une toune pendant que la terre se

retourne_08066

« Country music tries its best to be HONEST with itself. When it’s sad, it SAYS it’s sad »

bluebird

be_honest_07401

Ressens donc ce que t’as à ressentir au lieu d’étendre tes sarcasmes sur les réseaux sociaux. Si t’es pas capable, mets ta main sur mon COEUR pis regarde moi dans les yeux, je vais t’allumer le TROISIÈME OEIL pour que tu puisses dire « I HAD THE TIME OF MY LIFE » au moins une fois avant de mourir.

Je vais te dire une affaire: j’ai les pieds dans la terre, les mains sur un tronc pis mes cheveux sont des ANTENNES COSMIQUES FULL COSMIQUES. Je suis une WITCH. Je connais toutes les concoctions, les décoctions, je vais semer mes affaires bientôt, pis ça va te GUÉRIR même si t’es pas game, même si tu me méprises avec ton ami le Pharmachien pis les autres adeptes de la rhétorique sarcastique. HEY!

NIAISE DONC PAS AVEC LES SORCIÈRES!

Je fais du HEALING avec mes mains, pis je te haircut le spectre de ton AURA, mais détrompe-toi, je suis pas en train de slaquer intellectuellement, de céder à la médiocrité : NON! J’aime trop l’exigence, c’est avec ça que je FIGHT contre le sarcasme et sa négligence. Ça fait que si tu continues de m’entretenir sur des affaires qui ne viennent pas de ton COUNTRY intérieur, si tu continues du me montrer le muscle de ton cerveau en négligeant le pouvoir de tes BICEPS, je vais te dire:

boooring_11133

comme une adolescente insolente pis après je vais TOUTE faire pour te voir pour de vrai, pour t’accueillir AU COMPLET, même avec ce que tu détestes le plus de ta personne, pis si ça marche toujours pas, je vais retourner dormir avec celle qui m’a appris à TOUT DIRE, à TOUT RESSENTIR.

guitarrealness