Catégorie: Feel country

☆ Horoscope septembre 2017 – Dans tes orées ou « Atteindre le centre » Hélène Dorion ☆

Une fois par mois, je m’assois et j’étudie l’alignement des planètes des prochains 30 ou 31 jours à venir pour toi. J’intuitionne, avec mes livres d’astrologie antirubrique de magazine pis mes antennes ultra-cosmiques, un horoscope avec des guidelines, des choses à réfléchir, des idées à approfondir pour ton signe et ton ascendant. Ce mois-ci, ça se passe sur le thème

DANS TES ORÉES

forest-trees-animated-gif-2

Le mois dernier, on parlait de se créer un espace à partir duquel émerger pleinement, un espace pas drainant. Pour ça, les astres de ce mois-ci te disent qu’il faut que tu te crées des frontières. Des frontières claires, mais souples : ça ne prend surtout pas des murs, mais des frontières qui s’ouvrent vers les mystères et la complexité de ton être, des frontières où la vie prend forme et grâce auxquelles le contact avec les autres est fluide, je veux dire que ça te prend des orées.

Des orées, ce ne sont pas des murs pour les autres, mais plutôt des espaces complexes, riches, merveilleux à l’intérieur desquels on « commence » à créer. Je t’ai rédigé un petit récit, un genre d’histoire qui fait comme si tu avais eu une autre vie avant celle-ci* pour t’inspirer, pour que tu puisses mieux recommencer. J’ai ajouté une citation du livre Recommencements d’Hélène Dorion pour t’aider à habiter l’espace entre tes orées.

« Nulle part où aller. Tenir ainsi, au cœur d’une invisible spirale, serait-ce donc cela, l’ultime promesse? »

Hélène Dorion

 

Événements marquants :

Juste avant notre mystérieuse et ô combien guérisseuse pleine lune en Poisson de mercredi 6 septembre, Mars fait son entrée dans la constellation de la Vierge et Mercure est directe : ENFIN!! C’est la fin de Mercure rétrograde, au revoir le passé qui nous rattrape, adieu élans weird qui ne nous ressemblent pas depuis quelques semaines. Mercure nous rassure, elle s’en va s’éclaircir dans la constellation de la Vierge le 9 mars. Le 11, Pallas rétrograde, rien de bien terrible, alors que le 18, Vesta fait son entrer chez la Balance. La Nouvelle lune du 20 nous libère en roulant dans la constellation de la Vierge. Le 22, le soleil illumine la constellation de la Balance et le 24, Ceres entre doucement chez le Lion. Le 28, Pluton est directe et nous apaise; elle est suivie de Mercure qui retrouve son équilibre chez la Balance le 29.

*Pour les récits de vie antérieures, je me suis inspirée de ce livre.

Le féminin est employé pour déployer le texte.

 

♈ Bélier

L’autre vie

À la moindre petite faiblesse que tu captais chez les autres, chez ceux et celles que tu aimais, tu les encourageais, tu les rendais invincibles. Tu étais toujours la première à offrir ton support, à faire de l’autre quelqu’un qui triomphe. Tu semblais le faire gratuitement, mais c’était pour ta survie, c’était parce que tu faisais partie du team et que tu t’y identifiais. Si l’autre était fort, tu l’étais aussi. Sans limites, sans frontières, tu te donnais, tu t’effaçais; c’était comme un échange, celle de ton identité contre un sentiment de sécurité. C’était ta manière de t’énergiser.

Recommencement

giphy

Les astres t’invitent à reconsidérer cet héritage parce qu’il ne te correspond plus. Parce que cette manière de faire draine ton énergie. Parce que tu es toujours déçue. Parce que ce qu’il te faut, dans cette vie, c’est retrouver une confiance: celle de pouvoir survivre, mais aussi de vivre avec ton propre pouvoir, à l’intérieur de tes propres orées qu’il te faut à tout prix cultiver. Retourne dans ta forêt intérieure et constate la singularité de ce qui s’y trouve, observe la solidité aussi. Ancre-toi là-dedans, dans le vivant et restes-y pour longtemps.

« Nous construisons, mais nous oublions ce qui furtivement nous édifie, et que nous sommes pour nous-mêmes cette maison que nous espérons, que nous attendons. »

Hélène Dorion

 

♉ Taureau

 

L’autre vie

Tu te liais aux plus puissants, à ceux et celles qui avaient le plus d’influence. Tu étais même leur confidente parce que tu les comprenais. C’était toi, au final, qui avais le plus d’influence. C’était toi, qui, dans l’ombre, inspirais. Tu donnais ton énergie, ton pouvoir et, en échange, tu recevais une validation de ton être et la promesse d’une vie dans un monde que tu croyais inatteignable, merveilleux. Ton succès dépendait de cette propension à ne pas avoir de frontière, à entrer en symbiose avec le champ énergétique des autres, à soutenir des gens instables, à insuffler des idées aux plus aigris. Ça marchait bien, dans cette vie-là, parce qu’en plus, t’avais des skills pour comprendre la psychologie de tes ennemis; tu pouvais prédire leurs agissements.

Recommencement

giphy

Les astres t’invitent à prendre conscience qu’aujourd’hui, ton héritage t’a privée de quelque chose de très précieux : celle de savoir que tu peux vivre de tes propres talents et voler de tes propres ailes. Ça a l’air plate à dire, mais ce mois requiert que tu retrouves ton indépendance financière, que tu dépenses plus consciemment : ton estime de toi en dépend. C’est le temps de reconnecter avec tes besoins et, pour cela, tu dois cultiver tes orées, des frontières fluides et fermes à la fois, pour ne plus te sentir trahie par les autres. Tu ne peux plus perdre ton énergie à tenter de prévoir les agissements de ceux que tu appelais tes ennemis et c’est très bien ainsi puisque, dans cette vie, tes prédictions provoquent des situations. Ground toi dans tes bois à toi et suis ta propre direction sans tenter de comprendre les réactions, tu n’y trouveras que des alliées.

« j’ai suivi ce chemin vertigineux de conscience qui invite à aller vers ce que l’on ignore de soi-même »

Hélène Dorion

 

♊ Gémeaux

L’autre vie

Tu partais seule, longuement, à l’aventure dans les contrées les plus sauvages. Tu avais l’habitude de la solitude, tu y trouvais quelque chose de précieux : ta vérité. Tu la portais avec toi, c’était ton seul bagage. Tu ne ressentais pas la peur de l’isolement, tu avais la nature de ton bord, c’était ta connexion la plus précieuse. Tout était beau quand tu étais séparée des autres, recluse avec ta vérité.

Recommencement

giphy

Les astres t’invitent à constater que tu n’es pas anormale, que c’est ce bel héritage qui te donne souvent l’impression qu’être seule est une solution pour garder ton énergie. En même temps, tu sens bien que, dans cette vie, tu as pour mission de transmettre des messages aux autres, que tes aventures solos sont incomplètes, que ta vérité doit être partagée. Tu ne peux plus vivre isolée. Il te faut trouver un équilibre, cultiver tes orées, pour rester ancrées dans ta wildness et surtout, dans ta vérité. Garde une souplesse d’esprit au moment de la partager avec les autres que tu sais si bien inspirer. Ouvre un peu tes orées et laisse les autres t’aimer.

« Je fuyais ce dont j’avais le plus besoin – l’amour- et renforçais plutôt cette lutte qui n’avait de cesse, tant à l’intérieur de moi que dans ma vie, et accentuait le sentiment de séparation qui déjà m’habitait. »

Hélène Dorion

 

♋ Cancer

L’autre vie

Tu savais taire tes émotions mieux que quiconque. Tes besoins et ton plaisir aussi d’ailleurs. Tu avais ainsi une sorte de discipline qui t’empêchait de ressentir la joie de vivre, mais qui te permettait d’accéder à une forme de respect ou de reconnaissance. Tes buts, tes désirs, tes plaisirs étaient sur le « back burner » comme on dit, pis à un moment donné, ils ont comme refroidi. Tu les as oubliés pour un peu de renommée.

Recommencement

giphy

Les astres t’invitent à sortir de tes murs et à apprendre à cultiver des orées plutôt que tes peurs. Ils t’implorent de construire des frontières denses et vivantes à l’intérieur desquelles tu sauras émerger; à l’intérieur desquelles tu pourras exploser de plaisir et de joie non coupable, plus JAMAIS COUPABLE, OK? Tu ne remettras plus à demain les plaisirs de la vie et tu n’essaieras plus de retenir tes envies, tu ne voudras plus garder pour toi tes amies, tes amours. Ils appartiennent au monde et il est grand temps que tu te donnes le droit, toi aussi d’en faire partie.

« Nous cultivons les peurs dont nous voulons être délivrés; nous piétinons les occasions de recommencer que nous supplions pourtant la vie de nous accorder. »

Hélène Dorion

 

♌ Lion

L’autre vie

Tu as passé beaucoup de temps, mais beaucoup trop, dans les tranchées, dans les coulisses, dans tous ces lieux qui ne te permettaient rien d’autre que d’admirer les autres. Tu as défendu des causes, des idéaux, des gens, quitte à sacrifier ton identité, ta singularité. Tu as donné des bunchs d’énergie pour la réussite ou la préservation de ceux et celles que tu aimes. Tu l’as fait en étant assez grande et assez belle pour ne pas mettre tes besoins en travers de cette mission de vie.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre t’invitent à cultiver tes orées, tes belles frontières à l’intérieur desquelles tout peut recommencer, à l’intérieur desquelles il te faut reconnecter avec la joie de l’enfant qui veut exploser, exprimer, crier, je veux dire : exister! Le mois de septembre te supplie de cesser d’aller vers les gens ou les situations qui perpétuent la mort de l’enfant joyeux qui est crampé dans tes viscères, l’enfant playful. Éloigne-toi de ce qui amoindrit ton énergie vitale. Engage-toi pour de vrai dans ce que tu fais, dans qui tu es. Fais le plein d’énergie : tu retourneras vers les autres après.

« Je n’aurais alors d’autre choix que de m’abandonner à cette ombre que je fuie et, plutôt que de m’y opposer, de la laisser me rejoindre, comme une vague, quitte à ce qu’elle me percute durement. Car c’est l’ombre en soi qui a le plus besoin d’amour. »

Hélène Dorion

 

♍ Vierge

L’autre vie

Tu étais très sensible à la douleur des autres, à l’idée de les déranger, aussi. Tu étais devenue plus consciente qu’eux-mêmes de leurs agacements. Tu étais tellement préoccupée que tu en oubliais que tu étais, toi aussi, quelqu’une de très sensible. Tu as passé beaucoup de temps seule à tenter de dissoudre ton égo, ce qui explique pourquoi, aujourd’hui, tu as de la difficulté avec la compétition et la confrontation. Tu abandonnes aisément les luttes, mais aussi les rêves qui t’habitent et qui sont comme enfermés entre quatre murs.

Recommencement

giphy

Les astres t’invitent à ne plus te dissoudre. Les murs réels dont tu as besoin pour ne plus sentir cette dissolution ne t’apportent aucun bien-être : il te faut sortir de ces murs et cultiver des orées pour ton être, des frontières riches et souples, des lieux vivants et denses à l’intérieur desquels tu sauras émerger. No worries, les gens ne profiteront pas de toi, de ton humilité, de ta sensibilité : tu ne dois plus te percevoir comme une victime. Sors de ton refuge, les autres sauront bénéficier de tes qualités et tu auras quelque chose de très précieux en retour : la possibilité de te manifester. 

« Si l’on demeure attaché à ce paysage de ruines, on empêche alors le feu de renaitre »

Hélène Dorion

 

♎ Balance

L’autre vie

Tu faisais tout par toi-même. Tes succès, tu les croyais seulement redevables à tes efforts; l’auto-suffisance était ton mot d’ordre. Tu travaillais fort, après tout. Tu étais une guerrière qui ne se souciait que très peu de ses alliées, qui se préoccupait davantage des ennemis, de sa propre survie ou de sa victoire. Tu aurais voulu connecter avec les autres, vivre de véritables amitiés, mais tu étais trop préoccupée à sauver ta peau. Il était dangereux de se détourner de ces guerres pour apprendre à aimer.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre t’invitent à constater que cette vie n’est pas un ring avec une bataille à gagner, que tu n’as pas à être ce genre de guerrière. Te lier aux autres ne te créera pas de faiblesses, l’amour ne mettra pas en péril ta survie, au contraire. Il est temps pour toi de cultiver tes orées, ces frontières souples et pleines de mystères qui te permettent d’émerger, de connecter avec le monde et, surtout, qui t’offrent l’opportunité de les aider avec leur propre bataille. Ils ont besoin de toi pour ça. La prochaine fois que tu t’apprêteras à partir seule en guerre, pose tes armes et observe les possibilités de mieux connecter.

« Plutôt que de lutter, j’ai senti qu’il fallait m’abandonner aux vagues qui me soulevaient pour que glissent mon cœur, mon âme et mon corps au fond des eaux troubles, sans me débattre, sans même chercher à m’agripper ou à atteindre une rive qui m’était alors inaccessible. »

Hélène Dorion

 

♏ Scorpion

L’autre vie

Tu étais rigide; il était difficile pour toi de sortir de ton chemin, de changer tes idées, d’adoucir tes opinions et de t’ouvrir aux autres et à l’inconnu. Tu tenais à tes principes puisque quand tu vivais à leur hauteur, ça te faisait sentir bien face à toi-même. La barre était haute, les objectifs étaient louables, les résultats étaient parfaits, tout le monde te le disait, mais pourtant, cela te tenait prisonnier.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre t’invitent à laisser aller ce lourd héritage, cette exigence envers toi-même. Il te faut apprendre à créer de l’espace, des possibilités à l’intérieur de tes orées que tu dois cultiver à n’oubliant pas d’évacuer tout ce dont tu n’as plus de besoin, tout ce qui t’alourdit et t’empêche d’avancer à un rythme qui rappelle celui de la vie; un rythme souple, enjoué, qui a le droit de se tromper. Je parle d’un rythme qui te permet de vibrer avec les autres, de t’harmoniser avec le vivant et ainsi de mieux exprimer qui tu es réellement.

« Il en est de même pour tout ce que je regarde : montagne, île, arbre, jardin – le vivant, au-dehors, crée la possibilité de mieux voir au-dedans »

Hélène Dorion

 

♐ Sagittaire

L’autre vie

Il était important pour toi de comprendre comment chacun pensait avant de parler. Tu collectionnais les points de vue, quitte à perdre de vue ta propre vérité. Tu pouvais parler de n’importe quoi à n’importe qui, tant tu savais capter leurs intérêts et leur manière de penser. Tu mettais constamment les autres à l’aise, leur offrant un sentiment de familiarité. Il était important pour toi de plaire, tu y trouvais là ton pouvoir. Au passage, tu as délaissé ta singularité.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre t’invitent à reconnecter avec ta spiritualité et de partir en quête de ta vérité. Tu n’as pas besoin d’entrer dans le mode de pensée des autres, de vivre leur rapport au monde pour être compris. Tu peux parler à partir de ton propre lieu. Cultive tes orées, ces frontières qui te permettront de revenir au point de départ, à ton excellente intuition qui saura très sûrement te guider. Cesse de tout « traduire » pour les autres, laisse s’effondrer cette fausse personnalité. Laisse-les te voir réellement et invite-les à apprendre ton propre langage.

« Et au moment de plonger dans le vide, d’allumer le bûcher, comment croire que ce qui nous donnera cette vie attendue doit d’abord nous détruire? »

Hélène Dorion

 

♑ Capricorne

L’autre vie

Tu as passé beaucoup de temps à tenir le foyer, à t’occuper de la famille, à faire en sorte que tout se déroule à merveille. Tu es devenue sensible à ce que les autres ressentent et talentueuse pour ce qui est de créer un endroit pour chacun. Quand quelque chose n’allait pas comme tu voulais, tu réagissais intensément dans l’espoir que les autres saisissent, dans ton comportement, l’occasion de changer. Mais cela avait l’effet contraire : les autres se sentaient contrôlés, manipulés, blessés. Ce qui te laissait désespérée, comme en captivité.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre te disent que dans cette vie, ton plus grand plaisir viendra du fait de sortir du foyer et d’explorer. C’est à partir de ces expériences que tu apprendras à te respecter et que grandira ton sentiment d’être compétente. Dans le foyer, tu dois cultiver tes orées, je parle de tes frontières personnelles, à la fois denses et vivantes, à l’intérieur desquelles tu sauras être suffisamment en confiance pour ne pas blâmer les autres et pour prendre en charge ton bonheur. Des frontières avec suffisamment d’espace pour laisser les imprévus te rappeler jour après jour la fluidité de la vie et ses multiples possibilités.

« Bien que l’on apprenne de façon souvent insidieuse à aimer sa captivité, il arrive qu’un craquement brise le silence parfait de la caverne, qu’une faille se produise et que quelques gouttes d’eau fassent entendre le son de la vie. »

Hélène Dorion

 

♒ Verseau

L’autre vie

Tu étais habituée d’être la fille « spéciale ». Tu étais une reine, quelqu’un que l’on admirait. Lorsque quelque chose de négatif t’arrivait, tu ne l’acceptais pas, ça ne pouvait pas t’arriver à toi. C’était forcément une injustice. Tu voulais changer les choses, sans égard pour les autres. C’était souvent juste pour ressentir le pouvoir de ta volonté, pour te prouver que même seule, tu pouvais faire bouger des montagnes. Tes énergies étaient mises là où tu pouvais sans cesse te rappeler la puissance de ton être.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre t’invitent à offrir tes excès d’énergie aux autres, à leur transmettre ton sens de la popularité et de la fierté. Il te faut redescendre du trône et injecter cette forte volonté dans la collectivité. Adoucis les orées de ton être, reconnais qu’elle commence là où celles des autres s’arrêtent et que, parfois, même, elles s’entremêlent. Reconnais le pouvoir de la collectivité, observe le tissu de l’humanité auquel tu participes et utilise tes énergies, ton pouvoir, non pas pour te rendre spéciale, mais plutôt pour « faire partie ». Tu n’y perdras rien, promis, et cela t’apaisera, car tu te retrouveras.

« Combien de désespoirs, combien de cassures ou de chutes faut-il avant que je m’abandonne enfin sans réserve à ce que je reçois d’abord comme une perte ou une trahison, mais qui est en fait un chemin vers moi-même? »

Hélène Dorion

 

♓ Poisson

L’autre vie

Tu étais une guérisseuse, tu aidais les autres. Tu devais toujours faire le bien, et le faire parfaitement, car la vie des autres en dépendait. C’était là ta plus grande mission. Tu te sentais confiante quand cela marchait comme tu voulais, sinon, tu paniquais. Tu avais besoin que les choses soient sous contrôle. Tu devais être impeccable et ceux et celles qui travaillaient avec toi aussi. Ce qui pour les autres paraissait être une grande exigence, représentait pour toi la moindre des choses.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre sont là pour te rappeler qu’en cherchant la perfection et le contrôle, tu perds le plus beau et le plus grand de tes pouvoirs de Poisson : celui de te guérir et de guérir les autres. C’est le temps pour toi de te reconnecter à ton espace et de laisser la fluidité de la vie te bercer. Pour cela, il te faut cultiver tes orées, des frontières vivantes et réconfortantes afin de régénérer ton énergie. Il te faut cesser de t’en faire avec les apparences, les manières de faire, pour enfin ressentir la paix et reconnaître la valeur et la beauté de tout ce que tu crées, de tout ce que tu es.

« Le dénuement permet de ne conserver avec soi que ce qui tient à la beauté. »

Hélène Dorion

klpp8

« Nous résistons si fortement à ce qui nous invite à renaître, alors que nous appartenons à ces recommencements comme la vague à l’océan. »

Hélène Dorion

Publicités

Fanzine de Noël [Euphorbia pulcherrima]

Avec des collègues d’horticulture, on a concocté un petit fanzine humoristique et engagé à propos de la plante de Noël, le poinsettia. Au départ, c’était pour la vente des Amis du Jardin botanique de Montréal, mais il nous en reste encore une dizaine. On les vend 2$ sur Etsy (par ici). Tu les trouveras aussi à la Librairie La Flèche rouge, sur Ontario. Pitche toi, comme ça tu vas découvrir que le poinsettia est une plante merveilleuse et attachante qui se garde toute l’année. On ne devrait pas la mettre dans la poubelle après Noël !

Tu peux offrir le fanzine en cadeau avec la plante à ton mononcle ou à ta matante. En plus, avec les croisements génétiques pis toute, tu peux facilement trouver un poinsettia ROSE FLUO pas loin de chez vous. 🙂 

❤ & 💪

Le sarcasme, ça tue l’âme, ça tue  l’AMOUR, je veux dire ça tue TOUTE ok? Arrête donc, là.  En plus, ça a pas l’air d’être ben bon pour le teint, t’as même plus de COULEURS dans la face. Sois donc COUNTRY, mais pour de vrai, pas juste pour avoir l’air de ça parce que c’est don’ cool pis rugged pis toute, je veux dire fais-toi des BICEPS pour de vrai en bêchant le sol avec la fourche pis invente une toune pendant que la terre se

retourne_08066

« Country music tries its best to be HONEST with itself. When it’s sad, it SAYS it’s sad »

bluebird

be_honest_07401

Ressens donc ce que t’as à ressentir au lieu d’étendre tes sarcasmes sur les réseaux sociaux. Si t’es pas capable, mets ta main sur mon COEUR pis regarde moi dans les yeux, je vais t’allumer le TROISIÈME OEIL pour que tu puisses dire « I HAD THE TIME OF MY LIFE » au moins une fois avant de mourir.

Je vais te dire une affaire: j’ai les pieds dans la terre, les mains sur un tronc pis mes cheveux sont des ANTENNES COSMIQUES FULL COSMIQUES. Je suis une WITCH. Je connais toutes les concoctions, les décoctions, je vais semer mes affaires bientôt, pis ça va te GUÉRIR même si t’es pas game, même si tu me méprises avec ton ami le Pharmachien pis les autres adeptes de la rhétorique sarcastique. HEY!

NIAISE DONC PAS AVEC LES SORCIÈRES!

Je fais du HEALING avec mes mains, pis je te haircut le spectre de ton AURA, mais détrompe-toi, je suis pas en train de slaquer intellectuellement, de céder à la médiocrité : NON! J’aime trop l’exigence, c’est avec ça que je FIGHT contre le sarcasme et sa négligence. Ça fait que si tu continues de m’entretenir sur des affaires qui ne viennent pas de ton COUNTRY intérieur, si tu continues du me montrer le muscle de ton cerveau en négligeant le pouvoir de tes BICEPS, je vais te dire:

boooring_11133

comme une adolescente insolente pis après je vais TOUTE faire pour te voir pour de vrai, pour t’accueillir AU COMPLET, même avec ce que tu détestes le plus de ta personne, pis si ça marche toujours pas, je vais retourner dormir avec celle qui m’a appris à TOUT DIRE, à TOUT RESSENTIR.

guitarrealness

Le guêpier

On a regardé le paysage reculer dans le truck. On a retourné la terre pour planter de l’abondance. On s’est dit à quel point « ça faisait du sens ». Tu m’as dit que tu laissais tout aller, que tu ne t’attachais à rien, que les choses t’arrivaient au moment où tu en avais besoin. Rien ni personne ne te manque, crisse? Je m’efforce de te détester parce que le contraire m’est insupportable.

Hier, je n’ai pas dormi de la nuit. Les guêpes s’accumulaient dans le logement du dixième rang. Je me levais pour les attraper avec du papier de toilette. J’ouvrais la porte pour les libérer. Elles revenaient à l’intérieur par je ne sais où. Elles se tenaient en groupe dans les coins des fenêtres. Elles n’étaient pas vraiment agressives. Elles ne m’ont jamais piquée. Si au moins elles m’avaient menacée, j’aurais pu les tuer! Elles pratiquaient l’inertie, mais en bourdonnant tellement fort que ça m’empêchait de dormir. Je les imaginais franchir la porte de ma chambre. Alors je restais éveillée pour surveiller. Pis je pensais aux choses qu’on s’était dites sans se parler cette semaine. Je pensais à toi.

C’est peut-être la première fois de ma vie que mes fantasmes s’arrêtent là où ça pourrait commencer. Je te cherche, c’est tout. Je n’ai pas d’images, ni de positions, ni de mots dits dans l’oreille parce que je sais que, toi aussi, tu as pris l’engagement de créer en dehors de toutes les images existantes. Je sais que, pour toi aussi, le sexe est un espace sacré, un échange d’énergie, une création infinie. C’est tellement rare. Ça fait que mon corps t’a reconnu tout de suite.

Tu me disais que tu trouvais que j’étais centrée, groundée, émerveillée. Une artiste qui porte une enfant dans son cœur. Pis tu m’as refilé une fleur. De l’échinacée pourpre. Tu sais bien que les pétales se mangent. Que leur jus traite les blessures légères. L’intuition était bonne, mais il m’en aurait fallu trois ou quatre tonnes.

Le dernier jour, dans le truck, je t’ai dit « c’est ta faute ». Je parlais de ma confusion. Tu m’as dit « pourquoi? » J’ai dit « ta présence ». Je t’ai dit un peu en riant que j’allais m’ennuyer de toi. Tu t’es éloigné avec un sourire en me disant « oui, mais peut-être pas pour longtemps… ». T’as mis la potentialité de nos retrouvailles entre les mains de l’univers.

Parce que tu crois aux esti de synchronies, tu pratiques l’inertie. T’as pas une once d’agressivité. Tu ne m’as jamais piquée, mais tu ne veux même pas être mon ami sur Facebook for christ sakes. Si au moins tu m’avais menacée, j’aurais pu m’en crisser.

Tu m’as entrainée subtilement jusqu’au fond du guêpier, dans mon cœur, pis tu m’as abandonnée là avec mes affaires à régler pis ma douleur.

What a fucker. (thx)

Pattie ❤

just a little cloud ☁

On as-tu encore le droit d’aimer un homme à se pitcher à terre sans se trahir sans se faire dire qu’on aime trop [les hommes] pis de le trouver grand PLUS GRAND ENCORE pis d’aimer SES CHEVEUX SES MAINS SES YEUX EUX EUX comme chantait Marijo Thério dans le Jam à Beaumont parce que l’heure est au rétrécissement de l’amour : faut comme plus aimer à moins d’avoir pris la mesure de notre propre liberté (wtf) mais

Y’A PU DE HÉRO NULLE PART PU PERSONNE QUI RISQUE RIEN PIS Y’A L’HIVER QUI S’EN VIENT (MÊME PAS).

J’ai vu ta photo passer sur Internet avec une annonce en POP UP à côté, c’était écrit : « are you good in bed? » Ça a fait un genre d’effet kouletchov mais mon instinct d’inertie a opéré tout de suite une décontamination sémantique. Une chance parce qu’il fallait surtout pas que je commence à ouvrir le chakra du coeur:

C’EST VRAIMENT PAS LE TEMPS, , OK?

Il était ben plus tranquille quand il n’existait pas, ce chakra-là, ça m’apprendra à tenir longtemps les poses de yoga pis à m’ouvrir à l’infini sans me concentrer sur mes appuis.

On peut pas tout avoir il parait, mais j’ai tout ce que je veux sauf que j’ai aussi plein d’affaires que je veux pas, qui se transforment en émotions, qui s’accumulent, qui pile up par-dessus ma volonté ça fait que je prendrais ben un week-end comme dans

THE_BIG_CHIL_55249

avec Glenn Close qui me console sans me prêter son mari pis sans ami qui meurt svp ce sera tout avec la sauce bbq à côté pis tiens v’là ton tip je veux dire garde le change ça va être pour un take out oui parce que je suis tellement écoeurée de faire à souper de torcher de ranger non laisse faire c’est pas important j’ai rien dit don’t worry be happy.

Ce matin, je traversais le parc en diagonale, le soleil, le bleu, Veredis Quo dans les écouteurs, mais IL ME PLEUVAIT DESSUS FOR CHRIST SAKE! Je me suis arrêtée toute insultée pis incrédule, j’ai tendu la main. Y’a un passant qui m’a dit en échappant un sourire « don’t worry, it’s just a LITTLE CLOUD… it’s gonna pass… ». J’ai failli m’agenouiller devant lui parce que j’avais décidé de croire en cet horoscope improvisé pis d’inclure toute ma pile de marde dans le LITTLE CLOUD que j’avais pris au sens figuré. Ça fait que demain, je vais rouler jusqu’au Nord, là où les plus grands arbres se dressent fièrement pis je vais envisager ma destinée au-delà du « LITTLE CLOUD » avec des racines dans la plante des pieds.

Team tourterelles

tourterelles

Je passe beaucoup de temps dans les bois ces temps-ci pis je marche comme pour m’assurer qu’il y a bel et bien quelque chose de FERME qui dort en dessous mes SEMELLES ADHÉRENTES parce que tout le reste a foutu le camp. C’est moi qui ai fait un FEU DE JOIE avec tous mes projets de carrière, y’a jamais personne qui m’a dit que c’était ça qu’il fallait faire! C’était des projets avec des plans pour construire des murs, TOUJOURS PLUS DE MURS, mais j’ai besoin d’espaces en creux entre les arbres, les maisons, les pensées, j’ai besoin d’espaces en creux dans les sentiers pour aller au bout de mes INSPIRATIONS dans tous les sens du terme. Je me demande comment j’ai pu survivre aussi longtemps dans l’incubateur en me disant que c’était ça, RESPIRER DE L’AIR, en pensant que j’allais même finir par m’y épanouir. C’était un HUGE leap of faith de sortir de là pour m’écouter respirer, pour faire taire ceux qui m’ont suivie en marge du sentier où j’ai marché comme une CONQUISTADORA DE L’INUTILE. Ce sont les mêmes qui m’ont dit, avec un soupçon de mépris, que le bon chemin, ce n’était pas celui-là, qu’il était trop petit, trop hasardeux, trop frette pis pas assez DRETTE ni assez prestigieux pour une fille avec un doctorat. J’ai commencé à penser qu’ils devaient être affamés à force d’essayer de m’attirer sur la grande route, dans les GRANDS FOSSÉS, avec des PETITS PAINS PÉRIMÉS PIS DES CROÛTES. C’est comme s’ils ne voyaient pas que, même si je ne savais pas où je m’en allais, j’avais tout ce qu’il fallait. Non pas pour survivre, mais bien pour

VIVRE_01171

J’étais sur la trail quand Justin, le même qui m’avait charmée en gueulant «PIECE OF SHIT» dans la chambre des communes, est rentré majoritaire. Même si on dirait qu’il récite soudainement les ateliers de « communication non violente » de Marshall Rosenberg, j’étais contente quand mon téléphone a pogné pour me dire qu’il avait gagné. Ça m’a aussi rappelé que je n’étais pas venue ici pour m’échapper, mais pour me confronter. Ça fait que j’ai regardé une grosse tourterelle dans LE BLANC DE L’OEIL en disant « YES! », pis elle a fait trrrrr avec son aile pis j’ai comme entendu WHAT THE FUCK PATTIE? T’ES-TU HORMONALE? YUK YUK! Hey, tourterelle, je ne vote ni libéral, ni hormonal, je vote pour les femmes, l’environnement, la culture pis l’accueil de la différence, du moins, pour ce qui s’approche le plus d’un AMOUR pour ça pis quand une grande route ne m’entraine pas dans son fossé, je ne me sens plus l’obligation de me terrer dans un sentier pour me convaincre que je suis plus originale, plus intelligente, plus consciente pis plus militante que ça.

J’argumente EXCLUSIVEMENT avec les tourterelles en chaleur depuis que Justin a du POWER, mais prends pas ça pour du mépris ou de la lâcheté, CE N’EST PAS ÇA! Si ça me rendait cynique, les bois, je n’y retournerais pas. Le cynisme, ça vient des MURS LATÉRAUX pis c’est juste parce que j’ai pas le sens de l’orientation que je me crisse de la gauche pis de la droite, mais je peux t’aligner la GRANDE OURSE avec L’ÉTOILE POLAIRE pour te prouver que le Québec s’est trompé d’une couple de degrés quand il a décidé de l’orientation de son Nord. Après ça, je te montrerai comment ne pas cramer à côté d’un POÊLE À BOIS.

L’oeil de l’ouragan

Un récit d’aventure, mais surtout un hommage aux iles, aux kitesurfeurs-euses, à mon fils.

« L’oeil de l’ouragan »  dans Revue Zinc – Spécial eau salée.

INVITATION-ZINC-EAU-SALÉE

Avec des textes de Carl-Keven Korb, Françoise Major, Mikella Nicol, Laurence Gough et Véronique Malouin.

En librairie début mai!