Catégorie: Crée une théorie

Forêt

20180722_202303Je suis entrée dans ce que j’appelle l’épaisseur de la ville. Je ne connais plus Montréal de long en large, mais je découvre sa consistance en reliant les arbres entre eux : ceux que l’on a produit en serre et au champ, puis qu’on a plantés ici dans l’espoir qu’ils s’enracinent, qu’ils s’élèvent et forment chacun leur petite canopée sans possibilité de communier dans le sol. Entre un arbre et un autre, il y a parfois la 40, d’autres fois la 25. De l’épinette du Colorado au micocoulier, il faut changer de boulevard, traverser la rue ou faire quelques pas dans une patch de gazon affaibli par le sel de déglaçage. Des individus à couronne ont été plantés ici et là, séparément, parce que notre besoin de circuler dans l’ombre est plus criant que celui de laisser peu à peu la nature nous apprendre comment éliminer l’isolement. 12 000 arbres éparpillés, une seule lutte: rester dressés le plus longtemps possible, malgré les rafales, la pollution, les blessures infligées, les ravageurs et, surtout, la solitude. Les arbres protestent en silence et dans l’immobilité la plus complète, ils expriment ce que leur fait subir chaque petit déséquilibre de notre création agonisante.

Qui ne peut se sauver n’a d’autre choix que de se révéler!

Les jeunes arbres le font sous le regard inquiet de leurs aînés qui ont eu la chance de s’enraciner dans des sols encore nourriciers.

Pis moi,

je fais des

constellatio_23933

sur Google maps

pour les réunir,

pour les repérer avant de partir dans les

bois

Je 

traverse_29742

 

 

chaque jour

une FORÊT qui n’existe même pas.

Publicités

Rupture

Il paraît que la rupture n’est pas le moment où l’on dit à l’autre  «c’est fini ». Elle arrive bien avant et se poursuit encore longtemps après. C’est assez difficile de cerner les contours de cet événement; c’est pratiquement impossible de trouver le point culminant. Mais il y a, à un moment donné, quelque chose qui ressemble à une FRACTURE. Une sorte de bris dans le ventre qui représente le moment où s’est accumulé trop de fragilité, où s’est installée une rigidité qui nous était jusque là étrangère.

C’est dans la rencontre avec mon ascendant, celui que l’on devient de plus en plus en vieillissant, que quelque chose s’est fracturé. C’est là que la décision de le quitter, lui et UN MONDE AU GRAND COMPLET, s’est imposée. Parce que c’est un monde qui s’effondre quand on met finalement le pied dehors et que l’orteil pointe vers un ailleurs. Même si, cette rupture-là, je l’avais initiée il y a longtemps avec moi-même. Comme bien d’autres, je m’étais appliquée à créer un foyer impeccable pour les enfants, quelque chose d’intéressant, de stimulant, de beau. Un endroit avec une routine, du linge propre, un souper sur la table avec les quatre groupes alimentaires dedans. À la longue, j’avais même plus envie de me retrouver là, mais j’y abandonnais mes enfants comme s’ils y trouveraient LEUR PROPRE VOIE. Parce que j’avais fait ça

POUR_EUX_24089.gif

J’avais créé dans le sens de CE QUI SE DOIT et je savais que je n’allais jamais atteindre cette chose étrange qui devait être parfaite. Il y avait toujours des affaires à peaufiner parce que la voisine, parce que la cousine, parce que LES AUTRES.

La rupture, ça commence TOUJOURS avec LES AUTRES.

Ces autres que l’on croit, ces autres qui ne se connaissent même pas. Ces autres qu’on envie par pur réflexe. Ces autres qu’il a laissé entrer AU CŒUR DE CE QU’ON AVAIT CRÉÉ de plus

singulier_36078.gifOn n’avait plus rien à se dire de vrai: CE SONT LES AUTRES QUI PARLAIENT, qui s’engueulaient. Ces autres qu’on portait comme des manteaux trop petits.

La rupture est un fracassement qui ne finit plus, une cassure qui dénude petit à petit. Je n’ai rien trouvé d’autre à faire que de m’asseoir en lotus chaque soir. Parce qu’il faut être patient avec le temps. Il « FAIT BIEN LES CHOSES« , comme on dit. Mais il ne fait rien pantoute, l’esti de temps! J’ai campé dans les limbes jusqu’à ce que j’arrête d’attendre quelque chose qui n’arriverait pas, jusqu’à ce que j’arrête de croire qu’une porte s’ouvrirait pour que je puisse offrir au monde le meilleur de moi. Les limbes n’existent pas sans l’attente, c’est pour ça qu’elles sont disparues dès mon premier pas. J’étais de retour chez moi, mais c’était un “moi” que je ne connaissais pas, un « moi » qui ne s’apprivoise même pas.

Justesse

Ses larmes m’agressent comme s’il me pleuvait des couteaux japonais dans l’estomac. Des couteaux aiguisés juste pour moi, des couteaux qui me connaissent par cœur. Accolée au pied du mur, mobilisée contre mon gré, je pose ma main sur son épaule: « je suis là ». Je n’y suis pas. C’est parce qu’il y a le théâtre de ses émotions, celui qui vient avec des histoires, des build ups, des personnages principales et secondaires, une ascension, une fin racoleuse. Je ne veux pas être divertie. J’accueille en absence, en silence, mais je ne crois pas aux larmes et aux mouchoirs qui viennent tout juste après la fin d’une histoire. Je veux dire : je ne crois pas aux histoires qu’on arrive à finir. Je sais faire la différence. C’est mon corps qui résiste. Je me suis donnée cette exigence de ne plus applaudir au risque de faire mal. C’est pour moi l’inverse de l’indifférence puisque je suis toujours celle qui reste le plus longtemps dans l’audience.

La pile

Partout les éloges de l’éphémère. C’est comme une mode, l’impermanence. On l’érige comme une loi universelle ou une vérité parce que les choses ne durent pas. Qui dit mieux? Personne, parce qu’on ne demande pas à être contredit. Être en paix avec l’éphémère, c’est comme la plus grande réussite zen du siècle. Puisque les choses ne durent pas, à quoi bon y mettre ses reins ou ses tripes?

Comme si l’impermanence n’était pas une simple facette de ce qui dure, l’autre côté de la même pièce. J’exige qu’on me dévoile toutes les variations entre ce qui reste et ce qui part! Je sens que le fil est continu, et qu’il n’est pas linéaire pour autant. Parce qu’il y a aussi ce qui nous construit : les cycles. Les choses ne disparaissent pas pour toujours. Les choses reviennent au moment où on cesse de les attendre. Exercice tout à fait impossible pour la pensée obsessionnelle.

J’ai lu quelque part que l’attente était le premier signe de toutes les maladies mentales. L’impératif « il ne faut pas attendre » est  son revers. Il n’y a qu’un pas entre celui-ci et la violence. Bref, les deux postures ont la capacité de nous rendre dingues. Apparemment, l’espoir, c’est ok, mais il faut apprendre à gérer la déception. Ça, c’est une autre histoire.

Puis il y a ce qui nous détruit et qui ne nous rend pas pour autant plus fort. Pas plus fort, j’insiste. Ni plus faible. Parce que parfois, les choses  s’écroulent : la maison, l’amour, la santé, les rôles, les mots. Tout ça peut s’écrouler et ça n’a rien à voir avec l’impermanence. C’est autre chose. Ça fait une pile, je veux dire, on fait une pile avec tout ça. C’est la pile qui reste, quand les choses s’écroulent. Il est peut-être là, le fil : dans la pile.

☆ Horoscope décembre 2017 ☆ Vie = mouvement💫 « Dance is the hidden language of the soul » Martha Graham

Une fois par mois, je m’assois et j’étudie l’alignement des planètes des prochains 30 ou 31 jours à venir pour toi. J’intuitionne, avec mes livres d’astrologie antirubrique de magazine pis mes antennes ultra-cosmiques, un horoscope avec des guidelines, des choses à réfléchir, des idées à approfondir pour ton signe et ton ascendant. Ce mois-ci, ça se passe sur le thème du

MOUVEMENT_58200

 Je parle du mouvement propre à la vie, celui qu’il faut accueillir, celui avec lequel il faut apprendre à danser. C’est un mouvement qui comporte ses propres lois, un mouvement qui nous dit qu’on ne peut recevoir ce que l’on souhaite ardemment, même en travaillant très fort, si l’on n’a pas relâché d’abord ce qui ne nous apporte plus : des idées, des croyances, des gens, des objets. Il faut faire de l’espace pour ce mouvement. Je parle du mouvement de l’être et non celui de l’avoir. Les choses changent et le réflexe est de s’accrocher à des pensées, des projets, des gens, mais ce mois-ci, les astres t’aident à faire confiance au mouvement de la vie.

À l’approche des fêtes, il y aura des occasions pour donner : des choses, des mots, de l’amour. Fais-le! Il y aura aussi des occasions pour recevoir : des choses, des mots, de l’amour. Prends-les! Mais avant, fais du ménage. Fais de l’espace dans ta maison, dans ta tête, dans ton cœur, dans ton corps. Faut que ça circule! Soigne tes intentions surtout en ce qui a trait à la consommation.

Aussi, à l’approche des fêtes, il y aura des occasions pour danser. Do it!

Ce mois-ci, avec ton horoscope en mouvement, je te questionne, pis je te jumelle à une super danseuse moderne ou contemporaine. Laisse là t’habiter, laisse là te guider.

 

Événements marquants :

On commence le mois avec la fougueuse Vénus qui entre dans la constellation de la libre Sagittaire. La pleine lune de mois de décembre illumine la pétillante Gémeau et, à ce moment, c’est le début de la rétrogradation de Vénus. Le 5 décembre, Chiron est directe et samedi, le 9, Mars visite le Scorpion. Le 16 décembre, Cérès rétrograde alors que Juno visite la constellation du Verseau. Le lendemain, Pallas est direct. Le 18 décembre, notre nouvelle lune est en Sagittaire. Le 21, le soleil visite la constellation du Capricorne et le 22, c’est la fin de la rétrogradation de Vénus qui entre à son tour dans la constellation du Capricorne. 

*Le féminin est employé pour faire danser le texte.

 ☆☆☆

♈ Bélier

a7ef8ca7073f2a66be66d1c91ebd9f86

Pourquoi je remets à plus tard ce qui me tient le plus à cœur, ce qui m’habite, ce qui me ferait grandir? De quoi ai-je peur? D’être casée, d’être fixée, de ne plus pouvoir me mouvoir? Pourtant, je stagne. Cette retenue me paralyse. Les réalisations ne sont pas des choses inertes, sur lesquels on s’assoit. Les relations non plus, je veux dire: elles ne sont jamais acquises et, par conséquent, je ne suis jamais acquise! Personne ne peut me camper dans un rôle, une définition de mon identité. Peu importe ce que je fais, je n’ai qu’à y insuffler du mouvement, des possibilités, dont celle de changer d’idée. Mais avant, il me faut essayer, foncer, m’engager. Si je ne m’engage pas, je ne bouge pas. Je dois donc me défaire de cette croyance que l’engagement est une fin, une mort. J’apprends à percevoir l’engagement comme une aventure. Je plonge.

Dancing on the edge is the only place to be.

Trisha Brown

♉ Taureau

yvonnerainer1

Pourquoi, contrairement à bien d’autres, je ne peux pas vraiment compter sur les autres, la société, pour réaliser mes projets et atteindre mes objectifs? Pourquoi cela ne m’est pas accessible? Pourquoi je dois apprendre tout par moi-même et faire tout toute seule pour arriver à des résultats qui ne sont même pas à la hauteur de mes espérances ou de ce que je mérite? Moi, signe de terre, j’ai passé beaucoup de temps à m’ancrer, à me grounder dans un monde qui ne me correspond pas vraiment. J’ai fait ce qu’il fallait pour être forte, mais je comprends qu’il est temps d’apprendre à vivre dans l’eau, à comprendre sa fluidité, ses courants, ses caractères changeants. Si j’ai développé une sécurité sur la terre ferme, le changement, les marées, me font encore peur, me questionnent. Je voudrais pouvoir m’ancrer définitivement, mais c’est impossible. En tant que Taureau, je suis dans ce monde pour apprendre à compter sur moi et moi seule, et cela, je dois le faire en accueillant le mouvement incessant des choses qui m’entourent, des situations dans lesquelles je me trouve, des émotions que je vis.

Feelings are facts

Yvonne Rainer

♊ Gémeau

photo_teaching

Pourquoi les choses prennent-elles tant de temps à se concrétiser? Pourquoi mes prises de conscience ne se reflètent pas immédiatement dans le monde? Pourquoi je me retire du monde, alors que je suis une Gémeau, portée vers les autres, la vie publique, le monde extérieur? J’ai peur de m’y perdre. J’ai peur de ne plus pouvoir bouger dans ce monde où chacun joue un rôle qui semble prédéterminé. Dans ce monde où l’on peut difficilement explorer son identité, où l’on peine à déroger de ce que les autres veulent que l’on soit. Pourtant, en me retirant, je n’accomplis pas suffisamment de choses en mon goût. Je ressens une énergie inexprimée, une force vitale à partager. J’ai peut-être oublié que le monde était mouvant et que ma présence à moi, Gémeau, porteuse de vérité, pouvait contribuer à le rappeler aux autres. J’ai peur de l’inertie du monde, alors je reste inerte dans le mien. Il est temps d’accueillir les grands mouvements et de tenter de nouvelles choses, de prendre des risques. Et si l’on me fige, je reviendrai dans mon refuge pour retrouver la source du mouvement avant de revenir là où je dois me réaliser : dans le monde!

I imagine a future where many of us will call ourselves dancers and collaborate to make an art which concerns itself with primary areas of life.

Anna Halprin

 

 ♋ Cancer

synchronicity_02_c_olivier_madar

Pourquoi ai-je tout le temps peur de déranger certaines personnes? Pourquoi ai-je la crainte de perdre ceux que j’admire le plus? Comme si je les possédais! Pourtant, je n’admirerais pas autant ces gens si je pouvais réellement les figer, les garder tout près de moi à ma guise. J’aime leur liberté, leur mouvement libre dans le monde, leur énergie vitale. C’est cela que j’admire le plus. Mon attachement aux autres me fait oublier que je ne suis pas en train de me mouvoir avec eux, mais que je suis plutôt constamment dans une sorte d’attente. Comme si je n’avais pas accès à cette liberté, à cette reconnaissance de mon être, aussi! Et à cette admiration. Imiter une personne qui m’inspire est un bon début, mais ce ne sera jamais une fin, car je me sentirai toujours un cran inférieure. Je m’efforce de ne pas m’attacher au mouvement de l’une ou de l’autre, de ne pas me comparer non plus, mais d’apprendre le langage du mouvement à partir de qui je suis, de ce qui m’anime réellement.

 Infinity being here in the ocean of our mind.

Carolyn Carlson

 

♌ Lion 

une-journee-avec-mathilde-monnier

Je suis Lion aka « go with the flow ». J’ai le mouvement qui coule dans mes veines. J’ai l’âme voyageuse. Pourquoi je paralyse dès que j’ai l’impression qu’une personne de mon entourage ou de mon domaine ne m’apprécie pas à ma juste valeur? Pourquoi le temps s’arrête, l’espace se rétrécit et mon corps se fige dans la douleur, la colère, la tristesse chaque fois? Je dois apprendre à danser avec mes relations interpersonnelles, à accueillir la possibilité de ne pas être aimée telle que je suis. Comme je suis top dans le mouvement, j’ai tendance à me changer pour m’assurer de plaire. Je dois me rappeler que le véritable mouvement part du centre, d’une intégrité. L’intégrité est ce qu’il y a en moi d’inaltérable. C’est avec cette intégrité que je navigue dans un monde changeant où mes rencontres peuvent aussi bien avoir une aura de bienveillance qu’une aura de malveillance. C’est avec cette intégrité que je peux véritablement voir l’autre et ressentir de l’amour. C’est avec cette même intégrité que je peux me regarder et m’aimer. L’intégrité est une force qui, lorsqu’elle est bien maitrisée, permet d’explorer tous les possibles sans crainte d’être aimée ou non.

Je ne peux pas me contenter de spectacles où il n’y aurait que de jolis mouvements.

Mathilde Monnier

 

♍ Vierge

hqdefault

Pourquoi je réagis d’un extrême à l’autre? Pourquoi mes humeurs changent et que mon degré d’attention à l’autre aussi, de manière drastique? Je me dis que je suis vivante, que je suis changeante, que je vis des émotions. Je suis une personne sensible. C’est comme ça. Il me manque pourtant ce qu’il y a de plus beau, de plus délectable dans cette vie. Il me manque tout le spectre entre les extrêmes. Il me manque les subtilités qui forgent mon être. Il me manque donc le véritable mouvement. Un mouvement fluide plutôt que saccadé. Un mouvement sans grand sauts qui m’apporte la conscience du chemin, de tout ce qui me mène d’une émotion à l’autre: le mouvement qui m’offre la possibilité de naviguer à ma guise au cœur de mon être. Le véritable contrôle, ce n’est pas la retenue jusqu’à l’explosion. Le véritable contrôle, c’est plutôt le mouvement interne, ma capacité à danser avec mes émotions, à les ressentir dans toutes leurs subtilités.

« If you don’t do your dance, who will? »

Gabrielle Roth

 

♎ Balance

 m07-art-de-vivre-margie-gillis-3

Pourquoi je suis constamment en mode survie? Pourquoi je crée des situations qui me mettent dans un rush perpétuel? Pourquoi j’ai souvent l’impression d’aller au combat dans mes activités quotidiennes? Je suis vivante, que je me dis. Il faut que ça bouge. J’ai plein de projets, j’ai plein d’idées. Je n’ai pas envie d’en faire moins. C’est normal que je sois à bout de souffle. Ça bouge, mais ce n’est pas tout à fait fluide. Il y a plus de « il faut » que de liberté dans mon cœur. Ça m’éloigne de mon centre, ça m’éloigne de mon corps. Ça bouge de l’extérieur, mais à l’intérieur, il n’y a pas d’espace pour le mouvement. C’est bien là que ça bloque: dans ma manière de voir les choses, dans ma manière d’accomplir mes tâches. Je pense toujours à la prochaine chose à faire. J’ai beaucoup d’ambitions, mais mon enthousiasme s’estompe un peu. Je dois donc m’efforcer d’être présente dans la réalisation de toutes ces choses, de tous ces projets, de toutes ces tâches, car, quelque part, je les ai choisies. Je dois honorer ce que j’ai créé, non pas seulement de l’extérieur, mais depuis l’intérieur. J’apprends à choisir. De cette manière, un mouvement naturel ravive mon enthousiasme et mon énergie.

I think there has to be a marriage between the scientific and the soulful side to who we are, the spiritual side of who we are, it doesn’t have to be something outside of oneself, but in the body.

Margie Gillis

 

 ♏ Scorpion

refusal_08

Pourquoi les choses, les gens, les projets auxquels je tiens semblent souvent me filer entre les doigts? Pourquoi, malgré mes efforts, certaines choses m’échappent? Je suis une personne appliquée, c’est l’une de mes plus grandes qualités. On peut compter sur moi. Je m’assure que les choses se déroulent bien, que les gens se sentent bien. Je le fais avec beaucoup de bonne volonté et de générosité, mais je ne me rends pas compte que je m’attends à quelque chose en retour. J’attends une reconnaissance. Une loyauté, aussi. J’oublie de me détacher du résultat et mon acharnement fait parfois l’effet inverse de ce que je souhaiterais. Les gens que j’admire, les gens libres, ressentent mes gestes comme étant empreints d’un désir de pouvoir. Ils se sentent utilisés. En tant que Scorpion, c’est souvent lorsque je me détache que les autres me perçoivent réellement et que ma vie devient plus fluide. Par ce détachement, j’apprivoise l’impermanence de tout ce qui m’entoure et cela comprend les relations humaines. J’apprends à ressentir le mouvement propre à la vie, c’est-à-dire un mouvement cyclique et non linéaire, plutôt que de tenter de « gravir des échelons ». Je réalise que cette dernière idée est une illusion.

I no longer need to have what I see as the surface of the dance so connected to the underlying structure.

Lucinda Childs

 

♐ Sagittaire

a79378886fe625ab7b7a43752616c490-le-par-dance-images

Je suis une adepte du moment présent, du mouvement. Je suis éveillée, presque tout le temps stimulée. La vie me passionne, les gens aussi. Pourtant, j’ai du mal à m’énergiser. Je me sens souvent fatiguée. Lorsque j’arrête tout, je ne me sens pas plus énergique, car j’ai besoin de faire des rencontres, de partager, d’échanger. J’ai besoin de nouveauté. J’ai du mal à reconnaître que ma fatigue provient d’une surstimulation. Je ne prends pas suffisamment le temps d’entrer dans l’univers des autres, de les écouter profondément. Je surfe un peu en superficialité et, par là, j’oublie de m’ouvrir pour recevoir ce que les autres ont à m’offrir. Je me meus dans la vie de manière frénétique. J’oublie parfois que le mouvement peut être lent et gracieux et qu’il n’est pas pour autant figé. J’apprends à prendre le temps, à ne pas passer immédiatement au numéro suivant. J’approfondis mes relations. Je donne généreusement, ce qui est mon habitude, mais je n’oublie pas de m’ouvrir afin de recevoir moi aussi, l’énergie dont j’ai besoin.

Quand je danse, il y a deux « moi » qui cohabitent : l’un qui ne se contrôle plus, en état de transe, et l’autre qui regarde avec lucidité le premier.

Carlotta Ikeda

♑ Capricorne

 stab-marie-basserez

J’apprivoise tranquillement les polarités qui m’habitent, les émotions contradictoires qui me traversent, les désirs paradoxaux qui me propulsent. Je comprends que je ne trouverai la paix que de l’accueil de ce mouvement incessant de ma vie intérieure. Je réalise que c’est parce que je suis vivante, connectée, vibrante que les choses ne sont jamais simples, mais toujours duelles, éclatées, complexes. Ainsi, j’essaie de ne pas résister, car cela ne fait que nourrir une détresse, celle d’une âme qui veut s’exprimer, vivre son potentiel. Lorsque je choisis, je comprends que je ne suis pas en train de mettre fin au mouvement qui m’anime, qu’il ne s’agit pas de laisser inertes des parties de moi-même. Mon monde intérieur vivant continue de me propulser et j’en récolte les énergies pour créer ce qui me tient le plus à cœur. Je prends conscience de mon activité mentale incessante, celle qui nourrit des peurs comme des désirs, et je tente de la calmer en me concentrant sur le simple mouvement de tout ce qui me traverse.

Il y a une grande intelligence du corps, une grande complexité du corps, une multiplicité de corps avec lesquelles j’essaie de composer.

Marie Chouinard

 

♒ Verseau

1124149lpaw-article-1124192-jpg_2702709

Je réfléchis sur la notion de « faire » et sur celle de l’ « être », car j’ai tendance à confondre les deux et à me définir par ce que je fais. Je m’accroche à cette identité et en oublie le mouvement fondamental qui anime mon énergie vitale. Cet attachement me prévient non seulement d’explorer les multiples facettes de mon être qui ne souhaite que gagner de l’expansion, mais il me fait vivre beaucoup d’anxiété. Je prends alors conscience que mon « je suis » repose très peu sur ce que je fais, mais sur ma manière de le faire, mon élan. Je m’imagine être dans l’incapacité de faire quoi que ce soit et je retrouve ma valeur qui ne dépend d’aucune de mes activités. Je comprends que le « faire » n’est pas mouvement, mais contraction. L’être, quant à lui, est pur mouvement. Je m’efforce de me connecter à ce mouvement avant tout, d’agir à partir de ce lieu des possibles que je porte en moi. Je comprends qu’en me détachant du faire, je cesse de contracter mon propre univers.

Ma danse est un dialogue avec le cosmos, et l’on doit prendre l’énergie de la Terre. Nos pieds sont nos racines, la poitrine le Soleil, les fesses la Lune, le pubis les étoiles, la colonne vertébrale le serpent de vie.  

Germaine Acogny

♓ Poisson

 photo160616093824760

J’ai une facilité à ressentir le mouvement de la vie. Je suis le signe de la fluidité et j’accueille l’impermanence, mais elle m’insécurise, surtout lorsqu’il s’agit de ma situation matérielle. Je voudrais régler certaines choses une bonne fois pour toutes, car je crois que cela me permettrait de me sentir plus libre, de vivre une vie plus fluide. J’oublie pourtant par là la nature de la vie et ma propre nature qui repose sur un mouvement incessant. C’est en m’abandonnant à ce mouvement que je me sentirai libre, c’est en en naviguant les vagues des mes incertitudes, de mes peurs, de mes insécurités que j’agirai le mieux. Je n’essaie pas de retenir ce qui semble vouloir s’éloigner de moi, je fais confiance en la vie et aux choses qu’elle mettra sur mon chemin. Je me recentre régulièrement pour retrouver ma direction. Lorsque je trouve cette direction, je garde conscience qu’une autre chose pourrait m’en dérouter. Les opportunités ne sont pas toutes bonnes à prendre, ce n’est pas parce qu’elles nous arrivent qu’elles ont une importance, une signification. Mouvement ne veut pas dire multiples directions, il veut plutôt dire, dépouiller son intuition des tribulations de l’égo et l’écouter pour mieux agir

Danser, c’est agir. Nous formons nos pairs, des citoyens danseurs.

Emmanuelle Huynh

 

☆☆☆ 

All that is important is this one moment in movement. Make the moment important, vital, and worth living. Do not let it slip away unnoticed and unused.

Martha Graham

 

☆ Horoscope octobre 2017 « J’ignore ce que sera ma force, mais elle viendra» Marie Uguay (& Princesse Leia) ☆

Une fois par mois, je m’assois et j’étudie l’alignement des planètes des prochains 30 ou 31 jours à venir pour toi. J’intuitionne, avec mes livres d’astrologie antirubrique de magazine pis mes antennes ultra-cosmiques, un horoscope avec des guidelines, des choses à réfléchir, des idées à approfondir pour ton signe et ton ascendant. Ce mois-ci, ça se passe sur le thème de

J’ignore ce que sera ma force, mais elle viendra.

Marie Uguay

 

giphy

C’est un horoscope qui te propose des manières de reconnecter avec ton faith inébranlable en la vie, qui t’incite à tout donner pour mieux recevoir, qui te demande de mettre dans les bras de l’univers les détails une fois que tu as trouvé un purpose. C’est un horoscope qui te rappelle ce qu’est le but d’un horoscope : se connecter avec le monde 

astral_41664.gif

qui est là, juste là, tout le temps, un monde HUGE comme pas possible, mais pourtant plein de possibilités. C’est un horoscope qui ne te laissera pas te rapetisser, mais qui, au contraire, veut t’amener dans un état de force supprême, te rappeler que, t’es avant tout l’enfant d’une étoile ancestrale; un horoscope pour que tu puisses, ne serait-ce que quelques minutes par jour, ressentir quelque chose qui ressemble à ça :

 Connaître sans mémoire, s’arracher du passé comme des chaînes, détruire l’histoire, accepter l’éternité dans sa précarité, son imaginaire et son illusoire. 

Marie Uguay

Comme Leia, on t’a sûrement fait oublier que tu étais connectée à cette force suprême en toi pour te faire croire aux princesses impuissantes, alors une image de cette vraie de vraie princesse accompagne ton horoscope pour que tu te souviennes.

232493_original

Événements marquants :

Notre pleine lune du mois d’octobre aura lieu jeudi le 5 et brillera dans la constellation du Bélier pour entrer tranquillement, le lendemain, dans celle du Taureau. La géante Jupiter fait son entrée dans la constellation du scorpion le 10 octobre et notre brûlante Vénus s’équilibre pour rejoindre la constellation de la Balance le 14. Elle reprend la route pour faire briller le Scorpion trois jours plus tard. La nouvelle lune du 19 octobre reprend son souffle chez la Balance. Le 22 octobre, la planète rouge roule à son tour dans la constellation de la Balance, alors que notre soleil illumine le Scorpion le 23 octobre.

*Le féminin est employé pour renforcer le texte

♈ Bélier

Les astres du mois d’octobre t’invite à t’ancrer, à te déposer sur un ground inébranlable pour que tu puisses transmettre tes messages. Au risque d’être quétaine, j’oserais même évoquer tes messages d’amour, mais pour cela, il faut vraiment que tu sortes de tes définitions arrêtées de ce qu’est l’amour, pis que tu feel la chose, son expansion, son éternité. L’amour ne peut pas être défini, fuck it ceux et celles qui te disent que « l’amour c’est ceci ou cela », toi seul sais ce que tu ressens. De toute manière, entre toi et moi, tu sais très bien que l’amour est la seule chose réelle dans ta vie, que tout le reste est comme une illusion. Ton ground, celui à partir duquel tu pourras t’envoler, tu sais où le trouver, mais faudrait surtout pas l’enfermer, le rétrécir, le définir! Sinon, tu vas encore perdre pied, tu n’arriveras pas à te déployer. Prends le temps de bien sentir ce qui te supporte. Ton défi, ce mois-ci, ce sera de rester intègre face aux comportements et aux besoins des autres qui, selon toi, n’ont rien compris de l’amour. Tu n’as pas besoin de les convaincre. Brille, illumine-les, elle est là, ta force.

static1.squarespace

 

♉ Taureau

 Les astres du mois de mars s’alignent pour t’indiquer qu’il faut que tu lâches l’idée de la « gentille personne ». Ils t’invitent à te faire confiance en ce qui peut émerger de manière impulsive. Agis spontanément pour une fois, c’est la meilleure manière de tester si tes impulsions sont bonnes ou non pour toi, c’est la meilleure manière aussi de t’énergiser, de t’abreuver à ta propre source plutôt qu’à celle, tellement illusoire, des autres. Prends garde aux relations abusives qui se nourrissent de ton inclination à la gentillesse à tout prix. Trouve dans ton corps et dans ses inconforts les arguments inébranlables de ton affirmation, de tes limites. Souviens-toi que le corps ne ment jamais, que l’esprit joue des tours, que les stratégies sont plutôt vaines. Peut-être que tu te dis que de toute manière, on te redoute, parce que tu es une Taureau et que tu n’es pas spécialement avenante, mais je te gage quelques comètes qu’ils sont plusieurs à voir en toi une femme un peu soumise, qui ne veut pas déranger, qui n’oserait pas… Tu crois peut-être que ça te permettra d’obtenir des choses dans la vie, mais ça ne profite qu’aux autres cette attitude-là et, au final, ceux et celles qui te redoutent sont les personnes qui te voient et te respectent le plus. En montrant une façade gentille qui ne te correspond pas, tu empêches les gens les plus énergisants et authentique, ceux et celles qui sentent bien la discordance de ton être, de créer un lien unique avec toi. Or, ce sont ces liens qui te donnent la force et le pouvoir de poursuivre ce que tu entreprends et d’accéder à la réalisation de tes désirs.

tumblr_mguh41c66b1qfk87to1_500

♊ Gémeaux

Les astres du mois d’octobre s’alignent pour te ramener les pieds sur terre et te faire voir que ton optimisme est un peu trop souvent aveugle. C’est merveilleux de sauter comme ça, dans de nouveaux projets, dans de nouvelles relations, c’est le fun de s’envoler, mais avoir un sol bien à soi où atterrir n’est pas négligeable. Ce n’est pas facile de reconnaitre ce moment où tu te retrouves dans une situation complètement illogique, mais c’est dans cette reconnaissance que peut émerger ta plus grande force : celle de distinguer le vrai parmi les mensonges, le superflu et les apparences. Il faut cesser de croire que, parce que tu résides la plupart du temps dans des mondes éthérés (j’exagère un peu), les autres sont meilleurs que toi pour déterminer ce que tu dois faire dans le monde réel. Ils ne peuvent être ton ground terrestre. Tu as peut-être besoin d’un peu d’aide pour te grounder, mais pas en étant aveugle. Parce que tu es quelqu’un de fiable, à qui l’on peut faire confiance, tu t’imagines que tout le monde est ainsi et que tu peux compter sur eux pour t’habiter. C’est là une posture dangereuse puisqu’elle t’éloigne de ta propre force, de ton propre pouvoir. Fais confiance en ce que tu ressens dans ton corps comme vrai et, tout en échangeant avec les autres, ancre-toi dans cette vérité première, ancre-toi dans ton corps.

 200

 

♋ Cancer

Les astres du mois d’octobre ouvrent une petite fenêtre pour toi, un lieu suffisamment sécurisant pour que tu puisses expérimenter et comprendre le sens du mot « passion » avec ton cœur, ton âme, ton corps. Vas-y pour une fois! Ton ground, si minutieusement élaboré tout au long de ton existence, ne disparaitra pas, au contraire. Il t’apparaitra enforci. Plus vaste, aussi. Et énergisant. Laisse les autres t’atteindre, susciter en toi de nouvelles émotions. Laisse-toi déstabiliser. Je ne dirais pas que l’avenir ne compte pas, mais ce mois-ci, essaie de ne pas trop y penser. Ouvre des portes pour les possibilités, laisse les autres, ceux et celles que tu aimes en particulier, te surprendre. Donne-leur l’espace d’être exactement qui ils sont, en dehors de ton contrôle, de ton besoin de pouvoir compter sur eux. Sécurise-toi fréquemment émotionnellement en te centrant, non pas sur un but extérieur, mais en répondant à tes besoins intérieurs. Ça te donnera la force d’expérimenter cette fougue, qui, chez les autres, te fascine tant. Tu feras partie de ceux et celles qui tu admires.

tumblr_njtn15d4br1qhvd5so1_500 

♌ Lion

Les astres du mois d’octobre s’alignent pour te rappeler que, même si la vie est un flux au sein duquel nous n’avons pas beaucoup de contrôle, tu n’es pas pour autant impuissante. Tu peux faire des changements dans ta vie, tu peux créer autour de toi et en collaboration avec les autres un univers chaleureux dans lequel même tes larmes sont reconnues comme des forces suprêmes qui font naître des nouvelles galaxies. Le fait que tu puisses voir ce flux de la vie est en fait une force que tu as, puisque ta vision du monde est loin d’être restreinte. Si ce flux peut te guider, si tu peux certes en faire ton ground, il faut tout de même t’imposer pour voir se réaliser les choses qui te tiennent le plus à cœur. En ce sens, ne laisse pas le flux de l’existence te faire perdre de vue ton propre but. Aussi, prends garde de ne pas mêler « flux de la vie » et « énergie des autres », ce n’est pas la même chose du tout. Trouve du temps pour toi, pour te centrer, pour bien distinguer le ground à partir duquel tu peux t’aligner et créer. Le but de ta création ne peut être l’apaisement des autres, donne-toi le droit de diriger les opérations. Le meilleur moyen de savoir si t’es bien alignée, en tant que Lion, c’est d’observer si ce que tu fais et ce que tu crées t’apportent une joie inébranlable. Don’t settle for less.

 tumblr_net18rbflc1rsrbdko2_500.gif

♍ Vierge

Les astres du mois d’octobre s’alignent pour te transmettre le message suivant : arrête donc de douter. La confusion n’est pas un chemin vers une plus grande lucidité ou une meilleure compréhension du monde pour toi; tu t’y perds carrément. Tu dois donc l’éviter. Je parle du doute qui accompagne les buts que tu te fixes. Ça va être important pour toi de t’adonner aux essais et erreurs, de ne pas tout planifier d’avance, jusque dans les moindres détails. Les résolutions doivent émerger d’une action portée vers l’extérieur, d’une concrétisation et non d’un planning mental. C’est dans l’action que tu trouveras une force, que tu construiras un ground. Tu dois bien le savoir, ast’heure, que de te tourner vers l’intérieur et l’analyse mentale te cause plus d’angoisse qu’autre chose. Plutôt que de te faire sentir inadéquat, les actions et les tâtonnements te feront avancer naturellement vers ton but. Surtout, ces actions te permettront de construire cette chose si peu familière à ton espèce : le faith! Inébranlable qu’il doit être, le faith, ok!?

 tumblr_nfaqjckm6v1qelkufo1_r1_500

♎ Balance 

Les astres du mois d’octobre s’alignent en forment un safe space pour ta vulnérabilité. C’est un apprentissage de te déprogrammer de cette croyance bien ancrée que personne ne doit voir tes faiblesses. Une grande partie de ta force réside pourtant dans cette capacité à distinguer les moments où tu dois te montrer invincible et ceux où tu dois lâcher les armures et te dévoiler dans toute ta sensibilité. C’est un processus, comme on dit; un processus qui te permettra de maintenir des relations dans le temps et, surtout, de développer une intimité avec les autres. Pour entrer en contact authentique avec les autres, il faut être ouverte à leurs insécurités et, pour cela, il faut aussi être capable de révéler tes propres insécurités. Sinon, tu demeures inaccessible. Branche-toi sur les astres, fais confiance à leur disposition et pratique-toi à ne pas te retirer quand tu te sens heurtée, mais plutôt à partager ce que tu ressens. Peut-être que tu penses que tu perdras les gens que tu souhaites impressionner, mais as-tu vraiment besoin d’admirateurs-trices anyway? Le cœur veut avant tout se connecter, c’est de même. Tu y trouveras beaucoup plus de support, d’amour et de force pour te propulser là où tu veux aller.

 tumblr_nzmywwvarw1v1u56ko1_500

 

♏ Scorpion

Les astres du mois d’octobre te convient à un shift de perspective, rien de moins! Quand tu t’attaches, quand tu t’acharnes, quand tu veux trop « avoir » ou posséder, tu perds de ton énergie vitale, de ta force astrale. Drop it! Il faut que tu lâches tout et que tu prennes le temps de t’appartenir, de ressentir ce qui émerge de ton humanité. Tu y trouveras quelque chose que tu cherches trop à travers des réalisations et de possessions : la paix, la vraie et à travers celle-ci, de la force. C’est à partir de ton centre, connectée à qui tu es et non à ce que tu fais, que tu feras les grandes choses qui t’animent. Laisse-toi guider. En tant que Scorpion, tu ne dois pas oublier que tes besoins ne sont pas simplement matériels, ils sont aussi spirituels. Reconnais l’intangible, l’énergie qui t’habite, c’est là que tu trouveras la véritable estime de toi. Écris un journal, fais de petites aventures, prends des risques : toutes ces choses te permettront de sortir de tes sentiers lourdement battus qui te rendent avide. Laisse-toi perdre pied, c’est la meilleure manière de shifter.

 giphy1

♐ Sagittaire

Les astres du mois d’octobre s’alignent et te supportent pour apaiser ta gymnastique mentale. Depuis quelque temps, tu es balancé entre une vision positive du monde que tu construis avec ta logique et une autre, négative, qui s’érigent sur des souvenirs douloureux. À travers tout ça, tu te protèges, c’est normal, mais la première vision te fait perdre contact avec ta vérité, alors que la deuxième t’empêche de vivre le moment présent et de ressentir la joie. Quelle impasse, que tu te dis! Mais il y a un « way out » et celui-ci est dirigé vers l’intérieur. Retourne à la source, TA source, quelque chose qui t’habite très fortement et j’ai nommé ton intuition. Écoute les signes que ton corps t’envoie, ça te permettra de retrouver ta confiance en la vie, aux autres et en toi même. Car tu peux avoir confiance en ton intuition. En tant que Sagittaire, tu sais toujours ce qui est bon pour toi, alors ne fuit pas dans la logique, elle ne peut pas te protéger, au contraire. Omniprésente, elle ne fait que t’affaiblir. On dit que la vie des Sagittaire qui ont appris à se connecter à leur intuition est tout simplement magique! Tu sais. Go for it.

 giphy2

 

♑ Capricorne

Les astres du mois d’octobre s’alignent pour te supporter dans l’accueil de ce qui te terrifie le plus et qui, parfois, t’empêche d’aller de l’avant : le rejet. J’aurais beau t’écrire mille fois ici que quand quelqu’un te rejette, ça n’a rien à voir avec toi, mais tu ne me croirais pas ou, du moins, ton inconscient n’avalerait pas ça. Tu te diminues spontanément, tu le prends sur toi. En retour, tu n’aimes pas non plus rejeter les autres, tu vas parfois jusqu’à prendre le poids de leurs émotions. T’aurais sans doute une petite réflexion à faire sur la différence entre la culpabilité et la responsabilité. En mêlant les deux, ça t’empêche de prendre les rênes de ton existence. Prendre en charge ta vie ou ton rapport aux autres, ça ne veut pas dire de te sentir overhelmed de culpabilité, mais simplement responsable de tes actions. De toute manière, tu ne peux pas rester longtemps dans la culpabilité, tu lâches tout et tu fuis avec un air de je-m’en-foutisme, ce qui, au fond, ne te ressemble pas non plus! Il y a un juste un milieu entre le « je m’en fou » et le « je prends tout sur moi ». Cet équilibre-là, si tu le développe, ça devient une force. Tu vas le trouver en prenant le temps ressentir le rejet, en apprenant à l’accueillir entièrement comme une émotion passagère qui ne te mettra pas à mort. Feel it. Et, surtout, détache-toi de toute culpabilité par rapport à celui-ci et prends en charge ta propre vie, fais ton chemin.

 anigif_enhanced-1362-1457542318-2

♒ Verseau

Les astres du mois d’octobre s’alignent pour prendre ton égo en otage! Profite de sa quasi-absence pour te dépouiller de tous tes besoins superflus et pour connecter avec ta véritable force. C’est de cette manière que tu pourras solidifier ton ground : ton estime de toi. J’ai lu quelque part que l’univers t’empêcherait d’avoir du véritable succès, tant et aussi longtemps que tu ne trouverais pas un équilibre entre les besoins démesurés et superficiels de ton égo et tes véritables désirs. Les astres t’offrent une chance merveilleuse d’utiliser ta confiance, ton énergie et ton sens du risque pour nourrir ton être plutôt que ton paraître, pour connaître de belles victoires desquelles tu dois apprendre à ne pas t’enorgueillir pour que le flux de la vie continue de te nourrir. Sois plutôt grateful, tu vas voir, la vie te répondra par de l’abondance. Un autre truc qui pourrait te permettre de déjouer ton égo, c’est de l’utiliser pour le bien des autres. Enfin, il faut vraiment qu’il se tasse du chemin pour que ton être puisse émerger dans toute sa force et sa splendeur.

 7i88h

 

Poisson

Les astres de mois d’octobre s’alignent et te supportent afin que tu retrouves une fluidité dans ta vie. Le prévisible, les catégories, la routine, c’est bien, mais ça ne te permet pas d’émerger dans toute ta complexité, dans toute ta créativité. Tu n’as pas à te cadrer dans un rôle pour cette vie, dans une définition rigide de ta personne pour ressentir la stabilité, le ground sous tes pieds. L’inconfortable sera ton mot d’ordre, ce mois-ci. Fixe-toi un but et oriente-toi comme on se laisse guider par une étoile, c’est-à-dire, librement, en restant ouvert à toutes les manières d’y arriver, même celles auxquelles tu n’aurais jamais pensé. Oublie les détails, ils ne sont pas à ta charge. Sors de ta structure rigide qui fait trop souvent de l’ombre aux plus belles solutions. C’est en te détachant de celle-ci que tu trouveras ta force, que tu entreras en contact avec toi-même. Ce contact est la seule manière de te protéger des aléas de ton environnement et des comportements des autres, qui, trop souvent, drainent ton énergie vitale. Tu peux définir les choses, les autres, ou toi-même puisque c’est dans ta nature, mais tentes de garder ces définitions fluides et ouvertes. Enrichis ces définitions afin qu’elles correspondent le mieux à ta vérité à partir de laquelle tu sauras sortir de ton cocon.

 tenor

Je me suis donnée naissance et je dois continuer.

Marie Uguay

☆ Horoscope septembre 2017 – Dans tes orées ou « Atteindre le centre » Hélène Dorion ☆

Une fois par mois, je m’assois et j’étudie l’alignement des planètes des prochains 30 ou 31 jours à venir pour toi. J’intuitionne, avec mes livres d’astrologie antirubrique de magazine pis mes antennes ultra-cosmiques, un horoscope avec des guidelines, des choses à réfléchir, des idées à approfondir pour ton signe et ton ascendant. Ce mois-ci, ça se passe sur le thème

DANS TES ORÉES

forest-trees-animated-gif-2

Le mois dernier, on parlait de se créer un espace à partir duquel émerger pleinement, un espace pas drainant. Pour ça, les astres de ce mois-ci te disent qu’il faut que tu te crées des frontières. Des frontières claires, mais souples : ça ne prend surtout pas des murs, mais des frontières qui s’ouvrent vers les mystères et la complexité de ton être, des frontières où la vie prend forme et grâce auxquelles le contact avec les autres est fluide, je veux dire que ça te prend des orées.

Des orées, ce ne sont pas des murs pour les autres, mais plutôt des espaces complexes, riches, merveilleux à l’intérieur desquels on « commence » à créer. Je t’ai rédigé un petit récit, un genre d’histoire qui fait comme si tu avais eu une autre vie avant celle-ci* pour t’inspirer, pour que tu puisses mieux recommencer. J’ai ajouté une citation du livre Recommencements d’Hélène Dorion pour t’aider à habiter l’espace entre tes orées.

« Nulle part où aller. Tenir ainsi, au cœur d’une invisible spirale, serait-ce donc cela, l’ultime promesse? »

Hélène Dorion

 

Événements marquants :

Juste avant notre mystérieuse et ô combien guérisseuse pleine lune en Poisson de mercredi 6 septembre, Mars fait son entrée dans la constellation de la Vierge et Mercure est directe : ENFIN!! C’est la fin de Mercure rétrograde, au revoir le passé qui nous rattrape, adieu élans weird qui ne nous ressemblent pas depuis quelques semaines. Mercure nous rassure, elle s’en va s’éclaircir dans la constellation de la Vierge le 9 mars. Le 11, Pallas rétrograde, rien de bien terrible, alors que le 18, Vesta fait son entrer chez la Balance. La Nouvelle lune du 20 nous libère en roulant dans la constellation de la Vierge. Le 22, le soleil illumine la constellation de la Balance et le 24, Ceres entre doucement chez le Lion. Le 28, Pluton est directe et nous apaise; elle est suivie de Mercure qui retrouve son équilibre chez la Balance le 29.

*Pour les récits de vie antérieures, je me suis inspirée de ce livre.

Le féminin est employé pour déployer le texte.

 

♈ Bélier

L’autre vie

À la moindre petite faiblesse que tu captais chez les autres, chez ceux et celles que tu aimais, tu les encourageais, tu les rendais invincibles. Tu étais toujours la première à offrir ton support, à faire de l’autre quelqu’un qui triomphe. Tu semblais le faire gratuitement, mais c’était pour ta survie, c’était parce que tu faisais partie du team et que tu t’y identifiais. Si l’autre était fort, tu l’étais aussi. Sans limites, sans frontières, tu te donnais, tu t’effaçais; c’était comme un échange, celle de ton identité contre un sentiment de sécurité. C’était ta manière de t’énergiser.

Recommencement

giphy

Les astres t’invitent à reconsidérer cet héritage parce qu’il ne te correspond plus. Parce que cette manière de faire draine ton énergie. Parce que tu es toujours déçue. Parce que ce qu’il te faut, dans cette vie, c’est retrouver une confiance: celle de pouvoir survivre, mais aussi de vivre avec ton propre pouvoir, à l’intérieur de tes propres orées qu’il te faut à tout prix cultiver. Retourne dans ta forêt intérieure et constate la singularité de ce qui s’y trouve, observe la solidité aussi. Ancre-toi là-dedans, dans le vivant et restes-y pour longtemps.

« Nous construisons, mais nous oublions ce qui furtivement nous édifie, et que nous sommes pour nous-mêmes cette maison que nous espérons, que nous attendons. »

Hélène Dorion

 

♉ Taureau

 

L’autre vie

Tu te liais aux plus puissants, à ceux et celles qui avaient le plus d’influence. Tu étais même leur confidente parce que tu les comprenais. C’était toi, au final, qui avais le plus d’influence. C’était toi, qui, dans l’ombre, inspirais. Tu donnais ton énergie, ton pouvoir et, en échange, tu recevais une validation de ton être et la promesse d’une vie dans un monde que tu croyais inatteignable, merveilleux. Ton succès dépendait de cette propension à ne pas avoir de frontière, à entrer en symbiose avec le champ énergétique des autres, à soutenir des gens instables, à insuffler des idées aux plus aigris. Ça marchait bien, dans cette vie-là, parce qu’en plus, t’avais des skills pour comprendre la psychologie de tes ennemis; tu pouvais prédire leurs agissements.

Recommencement

giphy

Les astres t’invitent à prendre conscience qu’aujourd’hui, ton héritage t’a privée de quelque chose de très précieux : celle de savoir que tu peux vivre de tes propres talents et voler de tes propres ailes. Ça a l’air plate à dire, mais ce mois requiert que tu retrouves ton indépendance financière, que tu dépenses plus consciemment : ton estime de toi en dépend. C’est le temps de reconnecter avec tes besoins et, pour cela, tu dois cultiver tes orées, des frontières fluides et fermes à la fois, pour ne plus te sentir trahie par les autres. Tu ne peux plus perdre ton énergie à tenter de prévoir les agissements de ceux que tu appelais tes ennemis et c’est très bien ainsi puisque, dans cette vie, tes prédictions provoquent des situations. Ground toi dans tes bois à toi et suis ta propre direction sans tenter de comprendre les réactions, tu n’y trouveras que des alliées.

« j’ai suivi ce chemin vertigineux de conscience qui invite à aller vers ce que l’on ignore de soi-même »

Hélène Dorion

 

♊ Gémeaux

L’autre vie

Tu partais seule, longuement, à l’aventure dans les contrées les plus sauvages. Tu avais l’habitude de la solitude, tu y trouvais quelque chose de précieux : ta vérité. Tu la portais avec toi, c’était ton seul bagage. Tu ne ressentais pas la peur de l’isolement, tu avais la nature de ton bord, c’était ta connexion la plus précieuse. Tout était beau quand tu étais séparée des autres, recluse avec ta vérité.

Recommencement

giphy

Les astres t’invitent à constater que tu n’es pas anormale, que c’est ce bel héritage qui te donne souvent l’impression qu’être seule est une solution pour garder ton énergie. En même temps, tu sens bien que, dans cette vie, tu as pour mission de transmettre des messages aux autres, que tes aventures solos sont incomplètes, que ta vérité doit être partagée. Tu ne peux plus vivre isolée. Il te faut trouver un équilibre, cultiver tes orées, pour rester ancrées dans ta wildness et surtout, dans ta vérité. Garde une souplesse d’esprit au moment de la partager avec les autres que tu sais si bien inspirer. Ouvre un peu tes orées et laisse les autres t’aimer.

« Je fuyais ce dont j’avais le plus besoin – l’amour- et renforçais plutôt cette lutte qui n’avait de cesse, tant à l’intérieur de moi que dans ma vie, et accentuait le sentiment de séparation qui déjà m’habitait. »

Hélène Dorion

 

♋ Cancer

L’autre vie

Tu savais taire tes émotions mieux que quiconque. Tes besoins et ton plaisir aussi d’ailleurs. Tu avais ainsi une sorte de discipline qui t’empêchait de ressentir la joie de vivre, mais qui te permettait d’accéder à une forme de respect ou de reconnaissance. Tes buts, tes désirs, tes plaisirs étaient sur le « back burner » comme on dit, pis à un moment donné, ils ont comme refroidi. Tu les as oubliés pour un peu de renommée.

Recommencement

giphy

Les astres t’invitent à sortir de tes murs et à apprendre à cultiver des orées plutôt que tes peurs. Ils t’implorent de construire des frontières denses et vivantes à l’intérieur desquelles tu sauras émerger; à l’intérieur desquelles tu pourras exploser de plaisir et de joie non coupable, plus JAMAIS COUPABLE, OK? Tu ne remettras plus à demain les plaisirs de la vie et tu n’essaieras plus de retenir tes envies, tu ne voudras plus garder pour toi tes amies, tes amours. Ils appartiennent au monde et il est grand temps que tu te donnes le droit, toi aussi d’en faire partie.

« Nous cultivons les peurs dont nous voulons être délivrés; nous piétinons les occasions de recommencer que nous supplions pourtant la vie de nous accorder. »

Hélène Dorion

 

♌ Lion

L’autre vie

Tu as passé beaucoup de temps, mais beaucoup trop, dans les tranchées, dans les coulisses, dans tous ces lieux qui ne te permettaient rien d’autre que d’admirer les autres. Tu as défendu des causes, des idéaux, des gens, quitte à sacrifier ton identité, ta singularité. Tu as donné des bunchs d’énergie pour la réussite ou la préservation de ceux et celles que tu aimes. Tu l’as fait en étant assez grande et assez belle pour ne pas mettre tes besoins en travers de cette mission de vie.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre t’invitent à cultiver tes orées, tes belles frontières à l’intérieur desquelles tout peut recommencer, à l’intérieur desquelles il te faut reconnecter avec la joie de l’enfant qui veut exploser, exprimer, crier, je veux dire : exister! Le mois de septembre te supplie de cesser d’aller vers les gens ou les situations qui perpétuent la mort de l’enfant joyeux qui est crampé dans tes viscères, l’enfant playful. Éloigne-toi de ce qui amoindrit ton énergie vitale. Engage-toi pour de vrai dans ce que tu fais, dans qui tu es. Fais le plein d’énergie : tu retourneras vers les autres après.

« Je n’aurais alors d’autre choix que de m’abandonner à cette ombre que je fuie et, plutôt que de m’y opposer, de la laisser me rejoindre, comme une vague, quitte à ce qu’elle me percute durement. Car c’est l’ombre en soi qui a le plus besoin d’amour. »

Hélène Dorion

 

♍ Vierge

L’autre vie

Tu étais très sensible à la douleur des autres, à l’idée de les déranger, aussi. Tu étais devenue plus consciente qu’eux-mêmes de leurs agacements. Tu étais tellement préoccupée que tu en oubliais que tu étais, toi aussi, quelqu’une de très sensible. Tu as passé beaucoup de temps seule à tenter de dissoudre ton égo, ce qui explique pourquoi, aujourd’hui, tu as de la difficulté avec la compétition et la confrontation. Tu abandonnes aisément les luttes, mais aussi les rêves qui t’habitent et qui sont comme enfermés entre quatre murs.

Recommencement

giphy

Les astres t’invitent à ne plus te dissoudre. Les murs réels dont tu as besoin pour ne plus sentir cette dissolution ne t’apportent aucun bien-être : il te faut sortir de ces murs et cultiver des orées pour ton être, des frontières riches et souples, des lieux vivants et denses à l’intérieur desquels tu sauras émerger. No worries, les gens ne profiteront pas de toi, de ton humilité, de ta sensibilité : tu ne dois plus te percevoir comme une victime. Sors de ton refuge, les autres sauront bénéficier de tes qualités et tu auras quelque chose de très précieux en retour : la possibilité de te manifester. 

« Si l’on demeure attaché à ce paysage de ruines, on empêche alors le feu de renaitre »

Hélène Dorion

 

♎ Balance

L’autre vie

Tu faisais tout par toi-même. Tes succès, tu les croyais seulement redevables à tes efforts; l’auto-suffisance était ton mot d’ordre. Tu travaillais fort, après tout. Tu étais une guerrière qui ne se souciait que très peu de ses alliées, qui se préoccupait davantage des ennemis, de sa propre survie ou de sa victoire. Tu aurais voulu connecter avec les autres, vivre de véritables amitiés, mais tu étais trop préoccupée à sauver ta peau. Il était dangereux de se détourner de ces guerres pour apprendre à aimer.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre t’invitent à constater que cette vie n’est pas un ring avec une bataille à gagner, que tu n’as pas à être ce genre de guerrière. Te lier aux autres ne te créera pas de faiblesses, l’amour ne mettra pas en péril ta survie, au contraire. Il est temps pour toi de cultiver tes orées, ces frontières souples et pleines de mystères qui te permettent d’émerger, de connecter avec le monde et, surtout, qui t’offrent l’opportunité de les aider avec leur propre bataille. Ils ont besoin de toi pour ça. La prochaine fois que tu t’apprêteras à partir seule en guerre, pose tes armes et observe les possibilités de mieux connecter.

« Plutôt que de lutter, j’ai senti qu’il fallait m’abandonner aux vagues qui me soulevaient pour que glissent mon cœur, mon âme et mon corps au fond des eaux troubles, sans me débattre, sans même chercher à m’agripper ou à atteindre une rive qui m’était alors inaccessible. »

Hélène Dorion

 

♏ Scorpion

L’autre vie

Tu étais rigide; il était difficile pour toi de sortir de ton chemin, de changer tes idées, d’adoucir tes opinions et de t’ouvrir aux autres et à l’inconnu. Tu tenais à tes principes puisque quand tu vivais à leur hauteur, ça te faisait sentir bien face à toi-même. La barre était haute, les objectifs étaient louables, les résultats étaient parfaits, tout le monde te le disait, mais pourtant, cela te tenait prisonnier.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre t’invitent à laisser aller ce lourd héritage, cette exigence envers toi-même. Il te faut apprendre à créer de l’espace, des possibilités à l’intérieur de tes orées que tu dois cultiver à n’oubliant pas d’évacuer tout ce dont tu n’as plus de besoin, tout ce qui t’alourdit et t’empêche d’avancer à un rythme qui rappelle celui de la vie; un rythme souple, enjoué, qui a le droit de se tromper. Je parle d’un rythme qui te permet de vibrer avec les autres, de t’harmoniser avec le vivant et ainsi de mieux exprimer qui tu es réellement.

« Il en est de même pour tout ce que je regarde : montagne, île, arbre, jardin – le vivant, au-dehors, crée la possibilité de mieux voir au-dedans »

Hélène Dorion

 

♐ Sagittaire

L’autre vie

Il était important pour toi de comprendre comment chacun pensait avant de parler. Tu collectionnais les points de vue, quitte à perdre de vue ta propre vérité. Tu pouvais parler de n’importe quoi à n’importe qui, tant tu savais capter leurs intérêts et leur manière de penser. Tu mettais constamment les autres à l’aise, leur offrant un sentiment de familiarité. Il était important pour toi de plaire, tu y trouvais là ton pouvoir. Au passage, tu as délaissé ta singularité.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre t’invitent à reconnecter avec ta spiritualité et de partir en quête de ta vérité. Tu n’as pas besoin d’entrer dans le mode de pensée des autres, de vivre leur rapport au monde pour être compris. Tu peux parler à partir de ton propre lieu. Cultive tes orées, ces frontières qui te permettront de revenir au point de départ, à ton excellente intuition qui saura très sûrement te guider. Cesse de tout « traduire » pour les autres, laisse s’effondrer cette fausse personnalité. Laisse-les te voir réellement et invite-les à apprendre ton propre langage.

« Et au moment de plonger dans le vide, d’allumer le bûcher, comment croire que ce qui nous donnera cette vie attendue doit d’abord nous détruire? »

Hélène Dorion

 

♑ Capricorne

L’autre vie

Tu as passé beaucoup de temps à tenir le foyer, à t’occuper de la famille, à faire en sorte que tout se déroule à merveille. Tu es devenue sensible à ce que les autres ressentent et talentueuse pour ce qui est de créer un endroit pour chacun. Quand quelque chose n’allait pas comme tu voulais, tu réagissais intensément dans l’espoir que les autres saisissent, dans ton comportement, l’occasion de changer. Mais cela avait l’effet contraire : les autres se sentaient contrôlés, manipulés, blessés. Ce qui te laissait désespérée, comme en captivité.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre te disent que dans cette vie, ton plus grand plaisir viendra du fait de sortir du foyer et d’explorer. C’est à partir de ces expériences que tu apprendras à te respecter et que grandira ton sentiment d’être compétente. Dans le foyer, tu dois cultiver tes orées, je parle de tes frontières personnelles, à la fois denses et vivantes, à l’intérieur desquelles tu sauras être suffisamment en confiance pour ne pas blâmer les autres et pour prendre en charge ton bonheur. Des frontières avec suffisamment d’espace pour laisser les imprévus te rappeler jour après jour la fluidité de la vie et ses multiples possibilités.

« Bien que l’on apprenne de façon souvent insidieuse à aimer sa captivité, il arrive qu’un craquement brise le silence parfait de la caverne, qu’une faille se produise et que quelques gouttes d’eau fassent entendre le son de la vie. »

Hélène Dorion

 

♒ Verseau

L’autre vie

Tu étais habituée d’être la fille « spéciale ». Tu étais une reine, quelqu’un que l’on admirait. Lorsque quelque chose de négatif t’arrivait, tu ne l’acceptais pas, ça ne pouvait pas t’arriver à toi. C’était forcément une injustice. Tu voulais changer les choses, sans égard pour les autres. C’était souvent juste pour ressentir le pouvoir de ta volonté, pour te prouver que même seule, tu pouvais faire bouger des montagnes. Tes énergies étaient mises là où tu pouvais sans cesse te rappeler la puissance de ton être.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre t’invitent à offrir tes excès d’énergie aux autres, à leur transmettre ton sens de la popularité et de la fierté. Il te faut redescendre du trône et injecter cette forte volonté dans la collectivité. Adoucis les orées de ton être, reconnais qu’elle commence là où celles des autres s’arrêtent et que, parfois, même, elles s’entremêlent. Reconnais le pouvoir de la collectivité, observe le tissu de l’humanité auquel tu participes et utilise tes énergies, ton pouvoir, non pas pour te rendre spéciale, mais plutôt pour « faire partie ». Tu n’y perdras rien, promis, et cela t’apaisera, car tu te retrouveras.

« Combien de désespoirs, combien de cassures ou de chutes faut-il avant que je m’abandonne enfin sans réserve à ce que je reçois d’abord comme une perte ou une trahison, mais qui est en fait un chemin vers moi-même? »

Hélène Dorion

 

♓ Poisson

L’autre vie

Tu étais une guérisseuse, tu aidais les autres. Tu devais toujours faire le bien, et le faire parfaitement, car la vie des autres en dépendait. C’était là ta plus grande mission. Tu te sentais confiante quand cela marchait comme tu voulais, sinon, tu paniquais. Tu avais besoin que les choses soient sous contrôle. Tu devais être impeccable et ceux et celles qui travaillaient avec toi aussi. Ce qui pour les autres paraissait être une grande exigence, représentait pour toi la moindre des choses.

Recommencement

giphy

Les astres du mois de septembre sont là pour te rappeler qu’en cherchant la perfection et le contrôle, tu perds le plus beau et le plus grand de tes pouvoirs de Poisson : celui de te guérir et de guérir les autres. C’est le temps pour toi de te reconnecter à ton espace et de laisser la fluidité de la vie te bercer. Pour cela, il te faut cultiver tes orées, des frontières vivantes et réconfortantes afin de régénérer ton énergie. Il te faut cesser de t’en faire avec les apparences, les manières de faire, pour enfin ressentir la paix et reconnaître la valeur et la beauté de tout ce que tu crées, de tout ce que tu es.

« Le dénuement permet de ne conserver avec soi que ce qui tient à la beauté. »

Hélène Dorion

klpp8

« Nous résistons si fortement à ce qui nous invite à renaître, alors que nous appartenons à ces recommencements comme la vague à l’océan. »

Hélène Dorion