Move on 💫

J’ai laissé les enfants là où ils peuvent RESPIRER DU FLEUVE pour une semaine sans moi, sans ce « NOUS » tiraillé, sans leur père qui est parti de son bord vers cet endroit qu’il appelle le paradis du mountain bike, l’éden des hikes. Dans le temps qu’on habitait là-bas, c’était aussi mon petit paradis de cowgirl à moi, le Colorado!

Ast’heure que tout le monde est bien, que tout le monde se vautre dans la nature, je peux enfin

MOVE_ON_14883

Je ne fais pas de boîtes, j’amène les affaires à boute de bras comme on dit, pis en étant À BOUTE DE TOUTE. J’amène des oreillers, des piles de livres, des huiles essentielles en espérant ne pas croiser les voisins dans le corridor qui me diraient avec des faces de c’est-pas-possible : « HEIN? VOUS ÊTES SÉPARÉS??? COMMENT ÇA DONT? ». Ça va finir par arriver, je le sais!

Je transporte tout ça jusqu’à l’appartement d’à côté qui est trop petit, VRAIMENT TROP PETIT, mais c’est comme s’il était plus GRAND qu’ici, je veux dire : c’est devenu étroit depuis LUI, depuis celui qui est entré dans ma vie en trombe et qui en est ressorti aussitôt pour me rappeler à quel point je suis confuse, à quel point je me désaligne quand mes viscères l’appellent, à quel point le féminisme prend le bord quand il insiste pour que ça se passe.

Non… Non, je ne veux pas… Non, c’est vraiment quelque chose de précieux pour moi… Non, on ne se connaît pas… Non… Bon ok, si tu y tiens à ce point…t’as-tu un condom par exemple?

C’est tout ce que j’ai trouvé à lui dire avant de laisser le vide m’envahir.

Quand j’ai mis fin à tout ça après une couple de fois, après avoir cessé de me faire croire que c’était MEANINGFUL tout ça, après qu’il me dise que quand je n’étais pas là, il ne pensait « PAS SPÉCIALEMENT » à moi, j’ai recommencé à fumer comme pour m’accrocher. Je me dis qu’on a toutes le droit d’être un peu fuckée pour un temps déterminé, ça fait que je me donne un mois pour me replacer, pour me convaincre qu’un jour, je pourrai encore AIMER.

D’ici là, je me demande comment je vais organiser l’espace, comment je vais le remplir, moi qui CRAVE TELLEMENT LE VIDE. À part la chambre des enfants, ça me prend un spot pour rempoter mes plantes, pour voir mes livres, pour faire sécher mes herbes, pour dessiner des visages, pour faire mon yoga, pour créer un autel, pour dormir si j’y arrive encore.

Je peux ben écrire n’importe où, ça j’m’en fous.

Ça me prendrait peut-être un spot pour m’attacher solide la prochaine fois où j’aurai envie de me jeter dans un MUR avec une aussi belle figure, un MUR qui dit que « nos âme se connaissent », un MUR que j’aime pis que je déteste, un mur duquel je me décolle en me disant

« coudonc j’ai comme de la misère à le croire, mais je me suis fait avoir par un SPIRITUAL FUCKBOY encore »

Ok, faut vraiment que je

MOVE_ON_14883

💫

Publicités

3 Commentaires

  1. Charlotte

    Ces estis-là. Ce nous qui veut mais pas. Je te feel. Sur une grande partie de la ligne, à défaut de toute.

    Ton coin à toi à bâtir. C’est un tellement beau projet. ❤️

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s