Echinacea purpurea

Puisque tu navigues dans le monde comme dans un livre de Gombrowicz, j’ai cherchĂ© la signification de la fleur que tu m’as donnĂ©e en m’attirant dans le guĂȘpier. J’ai cherchĂ© ton message. Pis comme par hasard, hier, dans le cours, le prof nous a parlĂ© de l’échinacĂ©e pourpre. Je connaissais ses vertus guĂ©risseuses, mais pas son pouvoir de ralentir la croissance des plantes qui l’entourent. Pour se protĂ©ger. Pour ne pas se laisser envahir. Pour pouvoir bloomer! Pour s’enraciner comme du monde. Des frontiĂšres invisibles, mais nĂ©cessaires pour grandir. Pour guĂ©rir les autres ensuite.

Je sais pas trop si c’est ça que tu voulais me dire, mais je te le dis tout de suite : je peux pas bloomer! Pas maintenant! J’ai des affaires Ă  rĂ©gler, je veux dire : faut que mon pĂšre meure, faut que ma sƓur sorte de son internement, faut que mon fils s’épanouisse Ă  l’école, faut que ma fille arrĂȘte de vouloir devenir une princesse pis faut que celui avec qui je vis apprenne Ă  s’aimer.

Je me laisse envahir, tu vas me dire dans tes silences, tes maudits silences qui me parlent tout le temps, mais c’est pour ne pas ressentir l’abandon. J’en mourrais, je veux dire, je suis pas mal sĂ»r que je pourrais mourir d’un sentiment d’abandon. En fait, je suis certaine parce que j’ai eu un sale glimpse l’autre fois pis ça ressemblait franchement Ă  un trou noir ou pire encore, mais peut-ĂȘtre pas, en tout cas me semble que je survivrais pas, me semble que c’est pas possible de ressentir ça sans mourir, sans ressusciter dans un monde fait uniquement d’abandons partout, partout. Pis c’est pas comme si t’étais un safety net.

Tu m’as dit que j’allais trouver des solutions, que ça pouvait aller trĂšs vite, en insistant sur le « trĂšs vite ». T’avais l’air convaincu. Coudonc, le savais-tu que ça imploserait, ça exploserait, que je me demanderais « c’est-tu ça le bonheur? » la face en pleurs? Parce que toi tu fais la chasse aux volcans, tu cherches des affaires qui jaillissent de la terre, mais moi je cours aprĂšs la mer, pis j’ai besoin d’air, de beaucoup d’air. Mon feu. Ton eau. Mon ground. Ton Ă©ther. Mais tu t’en crisses ben, ça fait que whatever.

What a fucker. (thx).

Pattie ❀

Publicités

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s