La vieille thésarde

C’est fou comme la douleur physique, une douleur qui ne permet soudainement plus le mouvement, une douleur qui te dit que tu ne pourras peut-être pas TE DRESSER FIÈREMENT SUR TON PADDLE BOARD POUR TRAVERSER GLORIEUSEMENT TOUS LES LACS DE L’ILE DE MOUNT DESERT, une douleur qui te rappelle ta limitation pis qui est en train de te faire couler ton esti de cours de plantation; c’est fou comme cette douleur-là te ramène au centre de ton PETIT UNIVERS pour te montrer de quoi il a l’air quand on le prend en photo. Pis c’est pas très beau.

J’ai bêché dans un toit de gravier pendant une heure pour déraciner un érable, pour le replanter, pour me faire évaluer sur la pente de 2%: le collet bien dégagé, les tuteurs bien posés, les sellettes solidement attachées, FALLAIT SURTOUT PAS OUBLIER D’ARROSER! Après, je suis allée boire une partie de ma vie au parc d’à côté, j’ai mangé un GROS SAC DE MISS VICKIE’S au complet, j’ai consolé une amie qui pleurait parce qu’on était tous et toutes en train de s’engueuler en se traitant de privilégié.es: « IL EST RACISTE LE PROF NON IL EST PAS RACISTE VOUS ÊTES PARANOS », j’ai joué à marie-tue-baise avec mes collègues en prenant pour sujets les profs de l’école, j’ai pissé sur un arbre, j’ai mangé UNE SALE POUTINE à La Mère, je suis rentrée à vélo en me demandant quel âge j’avais, pis en espérant que mon chum dormait.

Le lendemain, je me suis à moitié levée pour comprendre que j’étais blessée. Je marchais avec une main dans le bas du dos, une nausée dans l’estomac pis un sentiment d’absurdité devant les possibilités de mon déjeuner. Là, je suis alitée depuis quelques jours. On me dit: « REPOSE-TOI PATTIE, C’EST BON POUR TOI, FILLE », mais je capote ben raide parce que l’immobilité, ça me rappelle mes années de thésarde isolée pis déprimée qui fermait la porte de sa pièce en demandant de ne pas être dérangée pendant qu’elle rédigeait,

mais c’était souvent juste un front pour pouvoir angoisser en paix.

L’angoisse, c’est la détente mentale par excellence de la thésarde. Les bourses doctorales : une solution pour étirer la dissimulation de sa dysfonction sociale. « Thésarde » est un état d’esprit, une sorte de maladie qui suit la thésarde toute sa vie parce que le sentiment d’INFINITUDE DE LA THÈSE, dont elle souffre, ne la quitte malheureusement pas avec la réception de son diplôme par la poste. Il se poursuit, mais sans objet cette fois, ce qui lui donne un air de « je ne réalise ni la fragilité ni le privilège de la vie ». 

Tout ça pour dire qu’avec mes maux de dos, je me sens vraiment comme une vieille thésarde condamnée à la méditation angoissante de l’infinitude, une vieille thésarde qui aurait mieux fait de se souvenir de son âge pis de rester sage devant sa vie qui sera un jour finie.

BULLSHIT_17692

VieilleThesarde_AmeliePaquetAmélie Paquet, La vieille thésarde, 2016

Mon amie Amélie m’a récemment offert une toile pour mettre en haut de mon diplôme sur le mur, du fine art comme pour me rappeler la vieille thésarde de mon photoroman de l’époque de la rédaction. Elle a beau vivre dans une grange avec des livres plein de pourriture, elle survit aux flammes, à la submersion d’eau pis de terre. Elle brave les grosses limaces pis les prétentieux. C’est une vieille thésarde qui ne porte pas de canne, mais une arme. Le fusil, c’est une métaphore, je veux dire, c’est comme pour dire que « THÉSARDE UN JOUR, THÉSARDE TOUJOURS » c’est ben correct parce qu’une vieille thésarde qui se pense infinie, c’est vraiment

BADASS_11659

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s