Méta stuff

Chaque fois que j’écris à propos de ce qui m’habite, il y a tellement de censeurs dans ma tête que j’ai l’impression de devoir dire fuck you à 100 personnes en même temps au fil de l’écriture. Je suis en train d’éplucher ça; je m’épluche jusqu’au cœur parce que j’aimerais entendre ma voix sans avoir à dire fuck you. En même temps, je me demande si mon style ne repose pas dans la tension entre ma voix pis les fuck you que cette voix-là doit dire à tous ses censeurs pour exister. Cette croyance est sans doute un piège. Mais je me dis aussi que c’est peut-être en prétendant ignorer leurs censeurs que certains se mettent à entendre réellement des voix, ou encore qu’ils écrivent avec une voix qui ne leur appartient pas; une voix qu’ils ne se sont jamais consciemment appropriée. Je ne sais pas, mais ça fait un peu peur comme idée, alors je ne prends pas de chance.

D’un autre côté, à cause de ça, je me sens obligée de crier fort, et ça donne un aspect racoleur à mon écriture. C’est vraiment inconfortable pour quelqu’un qui a un souci de justesse, mais je me dis, encore une fois, qu’il se peut que mon style d’écriture soit racoleur pour l’instant et que je ne sois pas racoleuse pantoute. Je suis simplement juste envers mon état du moment et j’apprends. C’est tout ce que je veux dans la vie. Apprendre. Travailler. Être juste. Si je mens, si j’invente, si j’exagère, c’est simplement parce que le mensonge, l’invention, l’exagération sont plus près de l’émotion que je veux transmettre que la description d’une situation réelle.

Quand je lis un texte ou un essai, mais surtout lorsque je lis des blogues, je suis toujours à la recherche de cette tension entre les censeurs et la voix singulière de l’auteur parce que je trouve ça réconfortant. Cette tension, décelée dans l’écriture des autres, est ma source principale de support moral pour continuer d’écrire. Chacun entretient un rapport singulier avec ses censeurs. Moi, je fight avec eux, mais y’en a d’autres qui les bercent, qui leur parlent calmement, ou qui se confondent volontairement avec eux. Je ne sais pas trop comment ils font ça, mais je compte bien l’apprendre.

Publicités

12 Commentaires

    • Patty O'Green

      Thanks to you for taking the time to read mine with the translation. I did not expect such a thing. I admit that it intrigues me, suddenly, to see what it « sounds » like in English. Glad to have your photos in my thread WordPress. Thanks for the follow and the compliment.

  1. La Deuxième Main

    Je comprends tellement ce que tu veux dire! Toujours cette voix pour dire « Ça sonne trop ci, ça intéresse personne ces affaires-là » et ensuite on se demande quelle part de ce qu’on veut vraiment dire s’est finalement retrouvée dans le texte.

    Je suppose que ça passe avec l’expérience… Du moins, j’espère.

    • Patty O'Green

      Peut-être que ça s’atténue un peu, je ne sais pas. Ou peut-être que l’on trouve toutes sortes de manières créatives de faire avec. Je doute que ça puisse disparaître complètement. J’ai tellement lu de « méta stuff » d’auteurs célèbres qui dealaient, d’une manière ou d’une autre, avec ces censeurs… Puis rendu là, quand ils ne sont pas dans la tête, souvent, ils existent pour de vrai (détracteurs).

  2. Jane Dougherty

    On parlait justement de tout ça aujourd’hui, le patron pour le livre. Il faut qu’il aie ça mais pas de l’autre, les paroles pas trop compliquées, et pas moche, qui va plaire aux bambins de cinq ans même si c’est sensé être un livre d’adult. Faut pas écouter c’est tout.

    • Patty O'Green

      hmmm, mais les censeurs dont je parle, ce sont ceux de l’auto-critique et ils s’incarnent de différentes manières… Difficile de ne pas les écouter, car ils sont en partie nécessaires.

      • Jane Dougherty

        Je vois ce que tu veux dire. Difficile aussi de savoir d’où viennent les censeurs—de soi ou de l’exterieur. Dans le dernier cas en les écoutant on deforme ce qu’on veut dire pour conformer aux idées des autres. Peut-être que j’ai du mal à saisir exactement ce que tu resens. Je n’écoute pas grand-chose 🙂

  3. Patty O'Green

    @Jane Peut-être que je suis un peu dingue quand j’écris, mais apparemment, je ne suis pas la seule, c’est rassurant. Mais c’est aussi rassurant (et inspirant) de lire quelqu’un qui « n’écoute pas grand-chose », je vais essayer ça. 🙂

  4. Simon Dor

    « Chaque fois que j’écris à propos de ce qui m’habite, il y a tellement de censeurs dans ma tête que j’ai l’impression de devoir dire fuck you à 100 personnes en même temps au fil de l’écriture. »

    J’aimerais pouvoir dire fuck you à 100 personnes pendant que j’écris. J’aimerais justement pouvoir faire la distinction entre ces censeurs et moi-même. C’est un peu finalement le contraire de toi qu’il faudra que j’apprenne j’ai l’impression…

    • Patty O'Green

      Je crois que les censeurs s’accumulent beaucoup au fil des années universitaires, surtout aux études supérieures. Je me suis récemment fait une genre d’auto-psychanalyse pour repérer les petites voix gossantes et autoritaires qui m’empêchaient d’avancer dans ma thèse comme dans des projets plus créatifs (en fait, surtout dans ces derniers). C’est au fil de cet exercice que je me suis rendue compte que j’avais intériorisé beaucoup de petites visions du monde et de l’écriture qui appartenaient à des gens bien précis et auxquelles je ne croyais pas pantoute. Tout ça me quitte peu à peu et ça fait franchement du bien. Maintenant, sans me fermer aux autres, je me fais des frontières un peu plus solides (pas des murs, là, des frontières) et je ne laisse plus ce que je considère comme contre-productif entrer dans ma bulle. Pis j’écris. C’est ma définition de la persévérance. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s