Délire d’une thésarde

Quand j’écris ma thèse, comme ça, à tous les jours, je me sens comme une autiste. Mais une autiste qui n’a même pas la chance d’être surdouée. C’est juste EVIL! Tout ce qui est cérébral est en train de me rendre médiocre. Mes peintures sont laides. Mes tounes sont poches. Mes dessins ont des carences affectives. Mes méditations parlent toute seule. Mes textes sont stratégiques (y’a-t-il eu des rapprochements?). Mes interactions avec les autres sont mécaniques. Mécaniques rouillées, genre. I can’t stand it anymore!

D’ailleurs, on dirait que tout le monde se dessèche. Je veux dire, aux études supérieures.

C’est fucking sec!

Les petits commentaires secs. Les petits complexes d’infériorité secs. Les petits égos secs. Les petits sourires secs. Les petits bonjours secs. Les petits styles vestimentaires secs. Les petits regards croches secs. Les petits moments de créativité secs. Les petits vols intellectuels secs. Les petits bragging secs. Les petits lunchs secs. Les petits essais secs. Les petits articles secs. Les petits mépris secs. Les petits manques d’éthique secs. Les petits amours secs. Les petits gestes chaleureux secs. Les petits efforts d’originalité secs. Les petits plaisirs secs. C’est toujours petit petit petit pis sec sec

There is no such thing as GRANDEUR à l’université. There is no such thing as ABONDANCE à l’université. C’est la petite grandeur sèche. L’accumulation de petites choses sèches. Plus t’as de petites choses sèches sur ton CV, plus t’es hot. Plus t’es grand aux yeux de ceux qui accumulent les petites choses sèches. C’est l’aspiration à la grande sècheresse. Pour régner sur le grand désert. Composé de petits égos secs. Asséchés par des petits complexes secs. Bon, je ne recommencerai pas mon poème.

À part de ça, j’aime ben ça!😉

10 Commentaires

    • Patty O'Green

      Je me suis inspirée de toi, actually! Pas de ta personne, mais de ce que tu dis des petites madames artistes (qui voudraient être artistes) non accomplies qui te félicitent pour tes créations avec un petit air jaloux-envieux tout sec! Tu disais que tu voulais pu rien savoir des petites « secs » de ce genre. Tu les avais même imitées, c’était ben drôle. Puis j’ai remarqué qu’il y avait une concentration de ce genre de sécheresse à l’Université!😉

      Merci ma soeur de me comprendre!

  1. Amélie

    « There is no such thing as GRANDEUR à l’université. There is no such thing as ABONDANCE à l’université. C’est la petite grandeur sèche. L’accumulation de petites choses sèches. »

    TELLEMENT!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s