Le monde en commun

HEYYYYY! Ça faisait un MÉCHANT BOUT que j’avais pas pris les transports en commun.

Le monde est TELLEMENT SUSCEPTIBLE quand il est « EN COMMUN », je trouve.

J’étais dans l’autobus #jampack pis juste à côté de moi, une femme qui était FULL BOURGEOISE MAIS JE NE LA JUGE PAS reniflait sans arrêt. Je CA-PO-TAIS!!! Je sentais une haine profonde montée en moi et je me disais « hey, relaxe Patty, franchement, elle a peut-être pas de kleenex ».  Je me trouvais vraiment ridicule de me laisser posséder par cette situation-là. J’avais l’impression que ça se sentait, je veux dire, que je voulais lui sauter dessus pour qu’elle arrête. Pis je me suis souvenue que j’en avais, moi, des kleenex, dans mon énorme sacoche. Faque je me suis mis à fouiller là-dedans :

ma technique infaillible est d’enfoncer ma main dans le fond du trou noir et de promener mes doigts de long en large à travers les astéroïdes jusqu’à ce qu’une texture me dise

« ok, GOT IT! ».

Arrgh! ÇA A PRIS DU TEMPS! Je CA-PO-TAIS parce qu’elle avait le nez pas mal retroussé et elle était plus grande que moi alors je VOYAIS le reniflement en plus de lENTENDRE. Mais HEY! C’est ridicule d’haïr quelqu’un pour ça! Alors je me suis calmée et, quand j’ai trouvé mon petit sachet de kleenex, je me suis tournée vers elle SANS-HARGNE-AUCUNE et lui ai dit sur un ton HYPER MIELLEUX :

-Madame, aimeriez-vous avoir un kleenex pour votre


*Being nice when you say something prick is even prickier!

Publicités

6 Commentaires

  1. Foxymore

    Hahahah! C’est extrêment rigolo. J’adore lorsque la bourgeoisie est remise à sa place par la beauté de l’équité humaine.
    Ben oui, nous reniflons tous.
    Et nous avons tous la possibilité d’y remédier.
    Elle devait être trop précieuse pour cela.
    Elle, elle se mouche avec de la soie.

    • Patty O'Green

      Je crois que c’est le groin, bien plus que le kleenex, qu’elle n’a pas aimé 😉

      Cela dit, les soies de porc sont fantastiques! J’ai un beau veston (sans groin) en soie de porc chez moi et si l’on faisait des kleenex dans ce matériau, je les achèterais sur-le-champ 😀

  2. sébastien haton

    J’ai entendu quelqu’un dire à la radio qu’il y avait un fossé entre la chose qui gêne et notre capacité à être plus ou moins gênés selon les circonstances. Un exemple : nous pouvons passer toute une journée près des chutes Montmorency sans jamais être dérangés par le bruit de l’eau. En revanche, deux minutes à côté d’écouteurs qui laissent passer un léger filet de musique peuvent nous rendre fous de rage.
    Anyway, un nez qui renifle, c’est autre chose 😉
    Becs de plein air,
    s.h.

    • Patty O'Green

      Morale de cette histoire : la nature, sans l’humain, n’est pas gossante : c’est l’être humain qui est fondamentalement gossant.

      Je crois que je viens d’ériger un beau principe fondateur pour un monde commun! 😉

  3. Michèle

    Genre d’affaire (les reniflements) qui m’éneeeeerve!!! Ça et les sapements, je ne suis pas capable. Je comprends ta réaction. Merci de ce billet, divertissant, tout comme les autres!

    • Patty O'Green

      AH! LES SA-PE-MENTS!

      L’orl a dit à ma mère, quand j’étais petite, que mon tympan avait perdu son élasticité ce qui fait en sorte que j’entend de très près les petits bruits comme les sapements. Il disait que cela pouvait me rendre agressive.

      Je suis si heureuse d’avoir une justification rationnelle à mon envie de sauter sur les gens qui mangent tout bonnement!

      Merci 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s