Littéralement personnel

Je suis en train d’écrire quelque chose, je parle pas de ce post-là, ni de ma thèse, en fait j’écris ma thèse le soir, mais cet autre projet-là, je l’écris la nuit.

QUAND EST-CE QUE TU DORS

PATTY?

Bébé fait ses nuits, maman fait ses crises!

C’est pas un roman ou un recueil de nouvelles : NON! Ça me rappelle la fois où ELLE m’a dit  : « Everyone thinks that it  is so easy to write a novel, when I’d tell them that I’m writing a novel, they’d say -oh you’re writing a novel, sounds fun, I’m gonna do that too, I can do that too ». Pis elle a dit : « but it’s really not like that ».

Hey tout le monde : it’s REALLY NOT like that!

Quand j’étais plus jeune (j’imite une journaliste de La Presse), j’avais une ADDICTION MORBIDE pour les films d’après-midi de TQS destinés aux mères de foyer. C’était des films basés sur une HISTOIRE VRAIE. Hey! méchant oxymore : une HISTOIRE VRAIE. Mais penses-y, t’en as tu des addictions morbides, toi? Si oui,  je suis certaine que c’est une addiction morbide à oxymore que t’as.

Les titres des films en question, c’était quelque chose comme Le courage d’une mère, La vengeance d’une mère, Mère jusqu’aux os, Mère, coûte que coûte, Une mère et sa cause, Tout l’amour d’une mère, Mère qui vit dans une mer de merde et de bave, ben non, j’niaise pour le dernier. Je veux juste dire que je suis en train d’écrire un essai dont le titre aurait pu être celui d’un film qui passait jadis la semaine en après-midi à TQS, le mouton noir de la maternité.

Comme Maxime Olivier Moutier l’écrivait avec beaucoup de sarcasme « toutes les mères de familles pensent que leur vie est assez intéressante  pour  en faire un livre » ou quelque chose comme ça. Il aurait sûrement remplacé le mot « livre » par « blog » s’il avait pas écrit ça en 1997.  En tous cas, ça peut te paraître Risible et noir, mais la maternité me permet de jeter un nouveau regard sur la notion de LIBERTÉ dans la relation qu’elle entretient avec les TRIPES au sens figuré pis de manière générale, même s’il n’y a RIEN de général pis de figuré dans la vie parce que

tout est littéralement personnel

Cher Bouddha,

Le détachement zen est très DANGEREUX à l’heure actuelle parce qu’il perpétue l’inacceptable. C’est en prenant les choses de manière personnelle qu’on peut les changer. T’avais pas pensé à ça en traversant la rivière, mais c’est peut-être parce que, non seulement t’avais jamais essayé d’accoucher en tailleur dans la zénitude, mais tu vivais pas non plus dans une société où les femmes sont habillées en tailleur toute la journée avant de méditer en tailleur quinze minutes en pensant à se tailler un souper sur mesure pour conserver leur petite taille et pour être encore plus sexy au moment où elles tailleront une pipe à leur chum en considérant toutes les jeunes femmes comme des adversaires de taille.

Patty 


4 Commentaires

      • Marie

        Awwww tu es ben cute!

        Ça va comme la vie va: vite. Pas d’ordi pendant un bout donc ça explique en bonne partie le silence (c’est fou comment on est dépendant de ces tites bêtes-là!!!) Méga rush au boulot qui explique le reste. Mais la cadence reprend son rythme tranquillement, ouf! Et toi?

  1. Patty O'Green

    Mets-en qu’on est dépendant! Ah oui, gros rush, j’espère que tu n’es pas trop fatiguée, le temps des fêtes, ça remet pas toujours en forme!

    I guess que je vais bien…je pense, haha. Je me sens plus groundée que jamais en tous cas!!! Je suis à la maison avec mon ti-pout, sinon j’écris, j’écris, j’écris, c’est pas mal ça qui se passe dans les dernières semaines😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s