Freak Friend

L’histoire d’amour qu’il m’avait écrite se terminait ainsi :

J’étais morte sur mon lit, nue et le corps étendu de tout son long, et tandis que mon sang dégoulinait dans les draps et sur le plancher de ma chambre, il se masturbait allègrement sous mon lit. Il me racontait son fantasme avec une telle fierté, comme s’il s’agissait de la plus belle romance jamais écrite.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s