Navarino, mon amour! ❥

Au CAFÉ NAVARINO, là où je FAKE d’écrire ma thèse le vendredi matin, on écoute du vieux rock’n roll à longueur de journée. Y’a toujours un bunch d’intellos qui refont le monde sur le bord de la fenêtre pis J’PEUX PAS m’empêcher de les écouter parce qu’ils sont rares en chien les intellos intelligents qui parlent haut et fort avec une telle assurance. Pis moi je suis assise au fond de la place, clouée sur ma chaise avec mon ordi, juste au pied d’une waitress vintage en verre, clouée au mur avec ses ballerines. En arrière de moi, y’a une genre de BIBLIOTHÈQUE DE CHALET avec des livres weird que les gens du quartier ont remplie au fil du temps. Des titres se côtoient et forment des affinités électives genre À la découverte des insectes se trouve RIGHT NEXT TO Les actes colloque de l’AQPC 2006 ou encore y’a The Priest And the Medium qui fait l’amour avec The Science of the X-Files.Dans le livre Writing True, The Art and Craft of Creative Nonfiction qui est sur le dessus de la première pile à gauche, le coin de la page qui entame le chapitre 14 « Essay of Place » est comme replié sur lui-même. Je me dis que quelqu’un de la GANG est peut-être passé par ici.  

Le livre est juste à côté d’un roman COUNTRY que je vais finir par lire, c’est sûr, juste parce que la page couverture, sur laquelle on voit une fille avec sa guit, est MAUVE pis ROSE fluo.

Who reads FLUO NOVELS these days?

Y’a un livre qui m’a rappelé le dernier billet de Simon. Ça s’appelle La croissance mentale par la désintégration positive. Me semble que les théories du Docteur Dabrowski réconcilient le PESSIMISME pis l’OPTIMISME comme personne d’autre ne le fait. Les processus de désintégration qui vont jusqu’à la dépression sont vus comme des FORCES POSITIVES. Ça a été écrit à l’époque des lobotomies massives, ça fait que si le docteur dit que c’est correct le pessimisme, ce doit être VRAI. Y’a pu personne qui ose écrire des affaires comme ça depuis que les compagnies pharmaceutiques rule the thing avec des psychiâtres qui font passer les pessimistes créatifs pour des malades mentaux.

Y’a des livres qui vaudraient certainement plusieurs piasses dans les boutiques vintage du coin parce que

ça donne du style dans la bibliothèque de l’habitant du Mile-End des livres de même :

 

Ou encore :

Mais par ICITTE, les livres, tu les vends pas pis tu les achètes pas non plus! Ils participent d’une OPEN LIBRARY qui fonctionne avec une économie du don. C’est le principe Creative Commons avant le web 2.0. T’as le droit de les REMIXER, c’est-à-dire, de replier leurs coins, de souligner en jaune leurs passages, de les citer, de les prendre en photo pis de les changer de place,

mais tu peux pas en devenir l’unique propriétaire!

Mes errances d’hier ne sont pas une preuve
que j’aie espéré fuir les rivages formels
Eusèbe de Bremond D’ars dans l’OPEN LIBRARY de NAVARINO
 

Dans le café, ces temps-ci, on entend surtout le mot « CHÂRÈ » ou quelque chose comme ça. Je sais pas trop ce que ça veut dire : « oui, mais chârè, chârè chârè, on est tanné de chârè ». Je pense que c’est un mot grec à en croire le DRAPEAU qui décore la place depuis le début de la saison de foot.  À moins que quelque chose ne m’échappe, ENCORE.

Pis, c’est inévitable, chez Navarino, y’a TOUJOURS des filles qui dansent dans la file d’attente pour le café. JAMAIS LES MÊMES, THOUGH. Elles sont seules, je veux dire, ça arrive quelques fois dans la matinée. Elles sont comme des anomalies desperate to be contagious.

Elles font des MOVES de hula hoop avec  de l’AMPLITUDE dans les BRAS pis du sérieux dans le front.

Elles me rappellent les anachronismes que j’étudie et sur lesquels je suis supposée être en train d’écrire mais j’peux pas écrire ma thèse parce que J’PEUX JUSTE PAS m’empêcher de les regarder pis de m’imaginer moi-même en train faire des

je veux dire, de m’imaginer en train de mettre de l’AMPLITUDE dans mes anachronismes pour OUVRIR le temps qui tourne dans l’horloge-carillon de chez NAVARINO, MON AMOUR.

❥ (c’t’un coeur qui chavire)

About these ads

17 réflexions sur “Navarino, mon amour! ❥

  1. J’aime beaucoup ta manière d’écrire (et ce que tu cherches dans/à travers l’écriture d’après ta présentation) et de témoigner de l’ambiance de ce café qui a l’air drôlement intéressant !

  2. C’est un honneur que d’être suivi par vous, je vous suis à mon tour. J’aime votre façon d’écrire, un peu à la manière d’une écorchée vive, sans répit. Merci de partager votre vision du monde. :)

    1. Quand la description d’un blog s’amorce avec une citation de Lynch sur la musique et qu’on promet d’y retrouver du « bruit qui pense », moi j’suis totalement vendue! :)

      Merci à vous! « Écorchée vive », c’est un beau compliment ça! Au plaisir! :D

  3. je veux prendre un thé avec toi dans ce café! Normal que tu ne puisses pas y étudier/écrire ta thèse, il y a trop de choses en mouvement, trop de choses à voir, entendre et regarder. Je n’ai pas encore trouvé le café qui deviendrait mon coin à moi. Trop d’endroits qui se ressemblent tous, des bars sans âme ni vie et tenus par des rugbymen.

    1. Mmmh, voyons voir… Bayonne-Montréal, c’est une petite marche, une grande nage et une autre petite marche : faisable! J’te rejoins chez Navarino dans une coup’ de mois! ;)

      Oui, tu as raison, trop de choses à regarder chez Navarino! L’important, c’est que ça favorise l’écriture, peu importe ce que ça donne. Une thèse, un billet de blog, une chanson country… :)

      J’espère que tu trouveras ton spot, sinon, il faudra le créer! :D

  4. Lors de ma visite je suis impressionné par la lecture autant que par tes clichés…Sincèrement bravo, j’aime ton inspiration…

  5. Wow, Patty!
    Je ne connais pas ce merveilleux café, mais je m’y suis bien sentie juste à te lire!

    (si ta thèse est aussi vivante et colorée que tes billets, ça promet!)
    ;¬)

  6. Pendant un an ou deux, Navarino était presque mon deuxième « chez moi ». Je n’ai jamais vraiment porté attention aux livres sur l’étagère… Chouette témoignage qui me donne envie d’y retourner !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s