Les retranchements

Mardi, juin 17th, 2014

IMG_20140615_113535

Je ne comprends pas comment tout plein de gens font pour vivre comme si de rien n’était ou peut-être que c’est moi qui imagine une autre couche sur les choses, genre une fine pellicule sur chaque chose, et qui suis en train de m’isoler pour mieux me délecter, pour mieux étirer le temps ou quelque chose comme ça. Parce qu’en troupeau ça passe trop vite, ça passe juste trop vite et l’énergie ne revient jamais à la maison, c’est-à-dire dans le bassin ou dans les pieds, parce que ça épuise les mondanités, les discussions de collègues et les amitiés soudées par l’insécurité, je veux dire : moi ça me tue.

Je rêve d’une petite van avec des bunk beds et j’en cherche une sur kijiji.ca, et on devient fou avec Tristan sur LesPacs.com parce qu’on veut une mini-maison qui roule pour aller voir les racoins, pour aller toucher le fin fond du fond et amener les kids sur les petites routes dans les retranchements : des routes qui sont tellement proches d’ici, mais tellement invisibles par les gens qui disent qu’ils ont « fait » comme dans « j’ai fait l’Allemagne, la Chine et la Russie » comme si le monde était une checklist et que le voyage était une acquisition. Ça me rappelle quand je passais trop de temps à l’université, trop de temps à bavasser, trop de temps à remplir mon CV, trop de temps à écouter ceux qui écoutent le cœur dans le plancher, ceux qui respirent dans l’écueil et qui parlent sur le cruz control en se regardant dans mes yeux « je suis tu bon, je suis tu bon, je suis tu bon, là? »

En fin de semaine, on a roulé un peu et on a découvert un nouveau spot, plein de nouveaux spots, et on a cohabité avec une autre petite famille de loners qu’on ne connaissait pas et on a mangé des guimauves avec des bananes et des pépites de chocolats dans du papier d’aluminium. C’était la recette d’Évelyne, la préférée de Daniel, et autour du feu, on pouvait voir leur cabane dans les arbres toute belle, toute déglinguée. Elle était d’une touchante dangerosité. Le matin, j’étais seule dans la nature avec mes enfants pendant quelques heures, il n’y avait personne sur le bord du petit lac et on creusait dans le sable, ça faisait des montagnes, des rivières et des routes, il y avait toute sorte de configurations, toute sorte de constructions par la négative, et il me semble que même sur quelques pieds carrés, les possibilités étaient incalculables, là-bas, dans les retranchements.

Célébrité

Mardi, juin 10th, 2014

marsonepatty

Je respire le moins possible pour économiser mon air vicié toute la journée pis mes jours durent quarante-deux minutes de plus que d’habitude c’est fucking long. Tout le monde m’observe m’étudie me scrute vingt-quatre heures sur vingt-quatre en streaming sur leur écran d’ordi en mangeant du pop corn au caramel j’en bave je te jure je

CAPOTE_01909

Je suis une des protagonistes d’un thriller interplanétaire ma fille c’est un thriller qui te suspense tout au complet parce que la moindre erreur est susceptible de mettre fin à ma vie et à celle des trois autres protagonistes qui attendent poliment la mort de l’un d’entre nous pour l’engloutir parce qu’on a besoin de protéine,

c’est pas du petit fort boyard icitte! 

Mais comme je ne suis ni suicidaire ni cannibale j’agonise lentement avec mon régime de concombres et de radis radioactifs en mordillant le boute d’une photo prise lors de mon souper organisé en l’honneur de mon départ pis c’est le boute avec le SHORTCAKE AUX FRAISES et la CRÈME FOUETTÉE.

Ça fait une semaine que je supplie mon agent pour qu’il trouve le moyen de venir me chercher asap pis hier je lui ai dit en code morse  :

« check ben : RIEN ne se passe comme dans le bestseller d’astrophysique de Kip Thorn et encore moins comme dans le Truman Show icitte ».

Ils n’ont pas prévu de navette pour nous ramener pis quatre autres smartasses sont en route avec des suits remplis d’ambition et d’oxygène pis ici ça veut dire la même chose l’ambition pis l’oxygène je veux dire

TOUT est dans le suit.

Quand ils vont arriver, ils vont ramper dans la poussière pendant plusieurs jours parce que BOOYAH tu ne peux JUSTE PAS te tenir debout après avoir passé quatre-vingt-deux jours en apesanteur. On va en profiter pour WOOLFER leur stock de barres tendres et de raisins secs pis ça va être LE MOMENT FORT de notre prochaine décennie on va chanter

i’m so excited and i just can’t hide it i’m about to loose control and i think i like it en faisant des selfies pis les gens vont LIKER sur Facebook.

Avant que la nouvelle crew arrive je vais recevoir un message via le petit terminal qui va me dire OÙ THE HELL  que je peux trouver quelque chose pour me soulager l’angoisse parce que

je vais commencer à ressentir la LIGNE entre les deux bords de mon cerveau comme si ça creusait un CANAL Lachine avec des pistes cyclables sur les côtés.

C’est dans une petite boite de métal que je vais trouver la nouvelle sorte d’antidépresseur anti-schizoïde que je vais téter comme un petit BONBON parce qu’on n’aura plus d’eau ça fait que tu vas pouvoir streamer ma déshydratation en même temps que ma dépression.

Les psychiatres sponsorisés par les compagnies pharmaceutiques vont écrire des articles scientifiques FULL BIEN COTÉS à propos de la réussite de la petite pilule avec des screenshot de ma face qui fait des mimiques weird des mimiques qui prouvent mon incapacité TOTALE à pleurer. On va m’appeler

LA JEUNE FEMME AUX YEUX ARIDES pis esti que je vais être streamée ma fille je vais être dans tes FAVES sur ta barre de signets pis tout le monde va tellement me cliquer cliqueticlac dessus je vais être CÉLÈBRE

FIOU_17626

Les petites autruches

Mardi, juin 3rd, 2014

patty

Il y a des jours, au parc, je ne sais pas trop ce qui me prend, mais j’ai l’impression que mes enfants sont plus sales que ceux des autres, que leur moustache de jus de raisin est plus accentuée, que leur trace de terre dans le visage est plus large, que leur fond de culotte est plus boueux. Je me suis précipitée sur ma petite boite de lingettes humides pour essayer d’enlever un peu de saleté sur leurs bras, sur leurs jambes et dans leur visage. J’ai fait ça très nerveusement et avec beaucoup d’acharnement. Ça n’a servi à rien, évidemment, sauf à les faire chigner en grouillant.

J’avais aussi l’impression que toutes les mamans venaient d’avoir une pédicure, alors que j’avais plein de corne sous les pieds, alors que mes ongles d’orteil étaient outrageusement négligés. Je les tournais vers l’intérieur, dans le sable, comme des petites autruches, comme pour échapper aux regards prédateurs. Je ne voulais pas parler à qui que ce soit. J’étais au bout de mes orteils; j’avais mis mon entregent dans le sable et il y resterait jusqu’à la fin de la journée. De toute manière, il me semblait que les mamans esquissaient des sourires remplis de malaises, des sourires avec des commissures qui n’ont pas envie de s’élever. C’est comme si elles voulaient être sympathiques alors que l’odeur la plus nauséabonde du monde saturait leur tache olfactive.

Je suis rentrée à la maison, j’ai donné un bain aux enfants et je me suis empressée de les mettre au lit. J’ai sorti mon kit de pédicure maison, j’ai frotté fort avec la pierre ponce et j’ai maladroitement appliqué le vernis rose Joe Fresh que Claudine a oublié chez moi à Noël. Quelle horreur! Et je n’ai même pas de

remover_02815

go to hell i’m not Belle

Jeudi, mai 29th, 2014

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

les siphons ASK pour qu’on s’ENLACE dans leur MÉGA PALACE en me tirant down dans les ÉGOUTS dans le fond de leur TROU; ils vivent comme la BÊTE pis ASTI qu’est BÊTE la BÊTE ASTI qu’est frustrée la BÊTE ASTI qu’est nasty la BÊTE est tellement ASSOUVIE d’penser qu’à m’sauve la VIE en mettant des turkish TAPIS sur de l’asphalte MOISI pour que j’me couche dessus : « hey ma belle PATTY, check ben mon turkish TAPIS, mais r’garde pas en DESSOUS, c’est là que j’cache mon ENVIE, j’peux-tu vivre à ton CREW?».

ATTENDS, AVANT,  

j’organise une huge aunction SALE pis j’invite tous les pro-MALES, hey j’suis un really good DEAL : j’porte p’t’être pas souvent mes high HEELS, mais j’te rehausse quand même le FEEL.

j’ravale tes DÉFAUTS

j’assume ta LIBIDO

how ‘bout THAT let me be your new HAT, tu peux me mentir en MASSE I’ll love ton faux-moi qui M’EMBRASSE, tu vas être slick en PUBLIC dude tu vas être tellement CHIC dude j’vais tellement être ta CHICK, j’vais être ton perfect REPOUSSOIR comme le fond des tableaux de RENOIR, j’vais être la petite BALLERINE qui danse autour du grand MAGNANIME.

 

PFFF_13592

 

Go to HELL I’m not BELLE.

%d bloggers like this: